Pour lire la partie précédente de ce billet, accédez à Les symptômes du syndrome du tunnel carpien.

Avant d’établir un plan de traitement à une femme enceinte pour un syndrome du tunnel carpien, le médecin remplira un questionnaire exhaustif et il fera un examen physique de la future mère. Selon la gravité et la durée des symptômes, il verra à demander des tests complémentaires comme le test de réactivité neurologique qui permet de vérifier l’atteinte du nerf médian et si la conduction nerveuse peut encore se faire ou pas, ce qui témoigne du degré de compression sur le nerf.

Si l’atteinte semble légère, en plus du port précoce de l’attelle, le médecin pourra vous référer à un physiothérapeute ou à un ergothérapeute. Ces spécialistes pourront vous conseiller certains exercices spécifiques aidant la circulation et ralentissant le processus inflammatoire. Le yoga semble aussi aider pour certaines femmes enceintes.

L’acupuncture est aussi une pratique alternative qui peut aider à diminuer l’inflammation mais qui ne règle pas, à elle seule, la cause à la base du syndrome.

L’application de chaleur peut être aussi recommandée pour diminuer la douleur et des compresses froides également pour diminuer l’enflure.

Pour la plupart des femmes enceintes, les malaises occasionnés par le syndrome du tunnel carpien s’estomperont le plus souvent dans les semaines qui suivent la naissance de leur bébé en lien avec la réduction du volume sanguin en postnatal.

Lorsque les symptômes sont persistants ou que l’intensité est trop grande pour la tolérance de la femme enceinte, le médecin peut aussi procéder à une infiltration d’une médication anti-inflammatoire locale directement dans le poignet. Il n’y a pas de risque pour le bébé, ne vous inquiétez pas, rien ne se rendra à lui.

Et en dernier recours, s’il n’y a aucun soulagement malgré les interventions moins invasives ou que l’atteinte du nerf médian est considérée sévère au test neurologique, le médecin pourra alors préconiser une intervention chirurgicale. Cette chirurgie vise à dégager le nerf médian du canal carpien pour en diminuer la compression et viser le rétablissement de ses fonctions, afin d’éviter les séquelles irréversibles possibles dans pareille circonstance. On commence toujours par le côté le plus atteint et souvent cela suffit. Le médecin s’assurera quand même qu’il n’y ait pas de progression de la problématique au nerf médian du côté opposé. Après l’intervention, la femme enceinte retrouve souvent les sensations à son poignet, sa main, ses doigts et sa force.

Photo - Mains maman et bébéIdéalement, si chirurgie il y a, le médecin verra à faire la procédure avant que le terme de la grossesse arrive afin de permettre le rétablissement à son plein potentiel de la future mère. Lors de la poussés de son bébé à l’accouchement, elle aura en effet à utiliser ses poignets et ses mains.

J’espère que cela a contribué à vos connaissances et je vous souhaite le meilleur.

Belle continuité,

Marie
La spécialiste des bébés

Ce billet est également disponible en: English

2 Commentaires. Leave new

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu