Marie, j’ai vu que tu étais allée en Asie et j’ai une question pour toi, je suis curieux : Est-ce que les femmes accouchent dans les hôpitaux là-bas en général? Et les papas, sont-il présents durant la grossesse et lors de l’accouchement? Merci de nous partager tout cela, c’est tellement riche comme échange, «comprendre mieux une partie du monde». C’est bien de s’ouvrir au reste de la planète, on n’est pas seuls dans l’univers. À plus, Olivier

 

Olivier, c’est super que tu me poses cette question car justement, je voulais vous parler de cela.

En fait, on peut constater en Orient, qu’il y a de grandes disparités entre les femmes qui vivent en milieu rural et celles qui vivent à proximité d’un grand centre où il y a des hôpitaux. C’est très différent de l’Occident!

Les femmes enceintes des régions rurales, sont souvent très pauvres, moins éduquées et bénéficient en général de très peu de services durant la grossesse et lors de l’accouchement, outre l’aide et le soutien de la communauté, de la famille. L’éloignement géographique par rapport à la ville la plus proche, le manque de moyens financiers, le manque de transports, le temps nécessaire pour se rendre auprès d’un intervenant de la santé demande souvent plusieurs heures de marche, ce qui limite grandement l’accès aux services de santé pour ces futures mères. C’est pourquoi, l’aide d’une femme connue et identifiée dans le village comme ayant de l’expérience avec plusieurs accouchements, tentera de soutenir le plus possible la femme enceinte durant sa grossesse et lors de la mise au monde du bébé. Les pères sont très peu impliqués et ne participent pas aux accouchements dans la plupart des cas.

En Thaïlande, dans certaines parties du pays, culturellement, les  femmes doivent parfois accoucher toutes seules dans leur maison, comme rite de transition. Elles doivent être en solitaire et des membres de la famille restent dehors à prier et à l’encourager de l’extérieur. Beaucoup de femmes et nouveaux-nés, encore aujourd’hui, ne survivront pas à l’accouchement puisqu’ils n’ont aucun recours en cas de complication majeure. Les césariennes sont impossibles! Les statistiques de mortalité maternelle et infantile sont toujours très élevées, même de nos jours.

Pour ce qui est des femmes qui habitent en ville, ces dernières peuvent accoucher dans une maternité et avoir accès à un médecin, des infirmières et des techniques plus actuelles pour mettre au monde leur bébé, avec des moyens de soulagement qui ressemblent à ce que l’on offre en Amérique du Nord. Les pères sont plus attentionnés pour leur conjointe durant la grossesse et la coutume veut qu’il fassent en sorte qu’elle soit toujours heureuse durant la grossesse s’ils veulent un bébé heureux. La femme enceinte aura un suivi de grossesse à chaque mois avec un médecin et les tests de prévention. Elle connaît le sexe de son bébé et lors de la naissance, la présence des pères semble augmenter de plus en plus depuis les dernières années, surtout chez les plus éduqués. Mais ce fait reste encore minoritaire dans la population en général.

Voilà Olivier, ces informations rapportées sauront, je l’espère, répondre à ta question.

On se dit à bientôt, pour d’autres connaissances en lien avec mon projet «Bébés du monde».

Marie
La spécialiste des bébés

 

En Thaïlande, un nouveau-né dans les bras de Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu