Billet mis à jour le 27 mars 2018

Bonjour les parents,

J’ai pensé écrire ce billet pour tenter d’expliquer un peu plus cette problématique en terme de causes potentielles liées à la femme et à l’homme, ce que l’on peut faire et quand consulter. Dans un prochain billet, j’expliquerai davantage toute la gamme de services médicaux en lien avec les traitements de procréation assistée.


Dans ce billet : 


Saviez-vous qu’il y a 1 couple canadien sur 6 (16 %) qui éprouve de la difficulté à concevoir un bébé?

Ce nombre vous paraît élevé? Et bien, depuis 1980, le chiffre a doublé selon les statistiques canadiennes de la revue scientifique
human reproduction (en anglais seulement).

Pourcentage de couples infertiles au Canada :

  • En 1984 : 5,4 %
  • En 1992 : 8,5 %
  • En 2010 : 15,7 %

Pour le reste du monde, le taux d’infertilité varie entre 3,5 et 17 %, ce qui nous place parmi les pays les plus à risque de vivre de l’infertilité. Et pourquoi donc?

Plusieurs parents m’écrivent à titre de prévention pour savoir comment se préparer à une éventuelle grossesse. Il est certain que, par la suite, lorsque la grossesse ne vient pas, bien d’autres questions sont soulevées. Pourquoi moi? Pourquoi lui? Qu’avons-nous fait pour cela? Quand doit-on consulter?

Plusieurs définitions existent sur l’infertilité mais j’ai ressorti celle que j’entends davantage en clinique :

« L’infertilité est l’absence de conception après 1 an de tentatives avec des rapports sexuels réguliers (2-3 par semaine) et sans protection pour les femmes en bas de 35 ans et après 6 mois de tentatives pour les femmes de 35 ans et plus. » À cela, on ajoute souvent dans le milieu médical, de consulter aussi après 6 mois s’il y a des cycles menstruels très irréguliers ou inexistants.

L’Organisation Mondiale de la Santé, définit l’infertilité comme » L’absence de de conception après un an de relations sexuelles non protégées « .

Dans les faits, 80 % des couples hétérosexuels arriveront à concevoir dans la première année suivant l’arrêt de la contraception puis 20 % prendront jusqu’à 2 ans pour y arriver. C’est pourquoi plusieurs intervenants vont suggérer le recours à l’aide médicale plus spécialisée après 2 ans d’essai, lorsque l’âge maternel le permet. Aussi, plusieurs intervenants du milieu de la reproduction préconisent de consulter après un an afin de voir s’il n’y a pas un problème identifiable rapidement, réglable, qui aiderait grandement la fertilité du couple et les chances à concevoir sans avoir recours à des traitements en infertilité.

Plusieurs couples pensent, à tort, qu’ils ne font pas l’amour au bon moment. Mais il n’y a pas une journée spécifique pour concevoir mais plusieurs entourant l’ovulation. C’est pourquoi, un couple qui n’utilise pas de contraception et qui font l’amour deux à trois fois par semaine régulièrement, a la chance de concevoir sans avoir à compter ou à prévoir un moment précis.

Assurez-vous de lire la prochaine partie du billet, Quelles sont les causes de l’infertilité?

 

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu