Avez-vous lu l’article précédent : Mère en solo : Qu’est-ce qui a été le plus difficile et le plus aidant dans toute la démarche?

L’ensemble des participantes à ma cueillette des données a été unanime sur ce qu’elle dirait à une femme qui pense devenir une maman en solo: « GO », « Fonce », « Écoute ton coeur », « Réalise ton rêve », « OUI c’est possible », « C’est un choix de vie qui t’appartient », « N’attends pas la situation parfaite ».

À ces premières réactions spontanées s’ajoutent quelques recommandations complémentaires qui sont en lien direct avec leur vécu comme:

  • prendre le temps de leur expliquer les étapes,
  • de ne pas attendre 40 ans pour débuter leur démarche,
  • d’avoir une vie stable à tout point de vue avant,
  • avoir un réseau bien présent autour et
  • prendre l’aide offerte et ne pas hésitez à demander aussi au besoin.

Pour terminer, je pense que devenir mère en solo est une expérience de vie et j’ai été profondément touché par les récits amassés, les histoires racontées par ces femmes avec autant d’authenticité et de sincérité. Tous les témoignages recueillis sont chargés d’émotions et porteurs d’optimisme, de vie et comme quoi le désir d’être mère est plus fort que tout.

Je vous laisse sur trois petits extraits reçus de mamans qui reflètent bien, à mon sens, l’ensemble de leurs réalisations.

C’est la plus belle expérience d’une vie.

 

Le plus beau cadeau c’est d’avoir été choisi par mon enfant pour être sa mère. Mon enfant me pousse à être meilleur pour lui donner le meilleur exemple possible.

 

Devenir mère est une opportunité de me dépasser chaque jour et à donner le meilleur à mon enfant.

 

On se dit à bientôt,

Marie
La spécialiste des bébés

2 Commentaires. Leave new

  • wowwwwwwwwwwww
    On attends des nouvelles!!

    Félicitation et la vie est bonne!

    Marie

  • Élise Tétreault
    09/13/2021 7:59 pm

    Je me suis lonnnnntemps demandé comment ce faisait-il que ça m’avait pris 20 ans avant que ça pogne… une vie presque entière à regarder les autres, mon entourage, ma famille… avoir des bébés sans moi-même en être capable. Y’a trois ans, mon ex m’a quittée pour une autre femme beaucoup plus jeune en âge de procréer. Ça m’a sciée en deux. Je pesais 235 lbs à ce moment-là. J’ai donc pour ma santé commencé à m’entraîner et prendre soins de moi. 2 ans plus tard, jour pour jour, 100 lbs en moins, j’apprends que je suis enceinte. Pourtant, le diagnostic était clair. Je pouvais porter les bébés mais pas le “fabriquer”. Mes trompes sont minces comme un fil de soie et l’endométriose dans le plafond. “Normalement”, même en tombant enceinte, au stade où j’en étais, la fausse couche était plus que probable comparer à une grossesse réussie. Pourtant, je suis à 36 semaines aujourd’hui. J’ai hâte de vous montrer des photos ❤️❤️❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu