La césarienne est une autre façon de mettre au monde un bébé et il est primordial d’en parler lors de la préparation à l’accouchement puisque la grossesse est vraiment une boîte à surprise.

Une césarienne est une chirurgie majeure qui permet, bien souvent, d’éviter des conséquences fâcheuses pour la mère et son bébé. Je sais que plusieurs d’entre vous pensent que la césarienne n’est pas une option, que votre grossesse se déroule tellement bien que vous n’anticipez aucunement une telle issue, mais la réalité peut être tout autre…

Je crois donc important que les futurs parents s’informent sur la césarienne afin d’être déjà un peu au fait si la situation se présentait, c’est pourquoi j’en parle toujours dans mes cours prénataux et sur le web aussi dans une vidéo sur l’accouchement pas césarienne. Les parents bien préparés, on le sait, sont plus calmes, comprennent mieux le contexte, les indications et, surtout, les risques associés à faire ou à ne pas faire la césarienne. Il y a plusieurs contextes qui l’exigent : en urgence, de façon élective (prévue d’avance) et durant le travail. Un gynécologue ou un chirurgien pratiquera cette intervention. Si c’est votre médecin de famille qui suit votre grossesse, il pourra assister le gynécologue lors de la chirurgie.

Les parents bien préparés, on le sait, sont plus calmes, comprennent mieux le contexte, les indications et, surtout, les risques associés à faire ou à ne pas faire la césarienne

Une césarienne d’urgence se fait habituellement dans les minutes qui suivent une situation observée, par exemple des saignements reliés à un décollement placentaire ou à un placenta prævia (placé dans le col de l’utérus), une diminution inquiétante du rythme cardiaque du bébé ou encore une procidence du cordon (ce dernier descend devant la tête du bébé dans le bassin de sa mère). Dans de telles circonstances, pas besoin de vous dire que le temps est compté! Souvent, les pères ou autres personnes significatives ne sont même pas invités à être présents dans le bloc opératoire, compte tenu de la vitesse d’exécution et du haut niveau d’attention et de concentration qu’il faut garder vis-à-vis de la mère et de son bébé. De plus, si la femme qui accouche n’est pas déjà anesthésiée, il arrive qu’on doive l’endormir pour accélérer la procédure et sortir le bébé rapidement.

La procidence du cordon arrive dans 0,1 à 0,6 % des accouchements et est plus fréquente :

  • si la position du bébé dans l’utérus est transverse ou oblique;
  • s’il y a plus de liquide amniotique qu’en moyenne;
  • si le bébé est prématuré ou de faible poids;
  • s’il y a rupture prématurée des membranes.

La méthode la plus courante pour diagnostiquer la procidence d’un cordon ombilical est de le voir via l’orifice vaginal ou de le palper à l’intérieur du vagin. La décélération du rythme cardiaque du bébé peut aussi faire partie des signes possibles. S’il y a vraiment une procidence du cordon, il faut, en tout temps, réduire la compression sur le cordon afin de permettre les échanges d’oxygène de la mère au bébé en tout temps en attendant la césarienne, car il s’agit là, d’une urgence obstétricale.

Le contexte de la césarienne planifiée fait davantage référence à des situations de santé vécues pendant la grossesse, à des raisons connues d’avance pour envisager cette chirurgie avant même un essai de travail. Voici quelques exemples fréquents : le placenta est mal placé; le bébé est trop gros; bébé se présente par le siège ou est très très petit et l’on veut alors lui épargner tout le travail compte tenu de sa mini constitution; la maman a problème physique (fibrome, plaie herpétique à la vulve) ou une maladie chronique (diabète mal contrôlé); maman a déjà eu une césarienne et la cause est récurrente à ses autres accouchements (incompétence du col de l’utérus ou bassin trop petit).

Lorsqu’une césarienne est planifiée, il se peut que l’on vous propose une rencontre préparatoire avant l’intervention pour faire l’enseignement général de la chirurgie: les étapes, la procédure comme telle et les suites en postnatal. L’on prendra aussi des prises de sang et on vous communiquera les détails de votre préparation à la maison avant votre arrivée à la maternité le jour prévu de votre césarienne.

Il se peut également que la césarienne ne soit ni planifiée ni urgente, mais quand même nécessaire dans certaines circonstances. Par exemple, on procédera à cette intervention au cours du travail s’il y a arrêt de progression (le col ne change pas), mal positionnement du bébé qui empêche sa descente dans le bassin de sa mère, contractions inefficaces, cœur fœtal avec décélérations importantes durant la contraction…

La chirurgie nécessitera de faire un rasage partiel du pubis, d’installer un soluté et une sonde urinaire, faire une anesthésie, surveiller vos signes vitaux (pression, pouls, respiration) puis, faire une coupure à l’horizontale juste au-dessus du pubis (du bas ventre) afin de pouvoir accéder à l’utérus. La vessie de la femme sera au préalable vidée avec une sonde urinaire qui restera en place durant toute l’opération afin d’éviter d’être traumatisée au passage. La femme qui doit avoir une césarienne restera, pour la plupart, éveillée durant la chirurgie grâce à son anesthésie régionale de l’épidurale ou rachidienne. Très rare, une mère sera endormie pour sortir le bébé mais parfois il est nécessaire de le faire dans certaines situations plus particulières.

La chirurgie comme telle dure environ 45 minutes quand tout est en place et la période de surveillance post-chirurgie sera d’environ une heure et demie. La convalescence est d’environ 6 semaines après une césarienne, il faut en ce sens prévoir de l’aide à la maison pour les 2 ou 3 premières semaines pour que la maman puisse se consacrer à sa propre récupération et au soins de son bébé en reprenant doucement son quotidien.

Vous comprenez maintenant que le médecin qui vous suggère la césarienne a préalablement analysé les pour et les contre afin de s’assurer que les bénéfices de la chirurgie seront supérieurs à ses inconvénients.

Pour plus d’info sur les avantages et les inconvénients de la césarienne, lisez mes billets :

Et ne manquez pas les vidéos :

À plus!

Marie
La spécialiste des bébés

N’hésitez pas à partager vos expériences à l’aide d’un commentaire

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu