Pour lire la partie précédente, rendez-vous à La composition des couches.

Comme vous le savez peut‑être déjà, afin de diminuer les déchets nuisibles à l’environnement, des couches jetables dites vertes et bios ont vu le jour. Malgré la bonne volonté des fabricants de créer un produit plus écologique, aucun d’entre eux ne peut rendre ses couches 100 % biodégradables. On peut néanmoins affirmer que beaucoup d’efforts ont été consentis pour remplacer le synthétique par des matières premières naturelles en utilisant par exemple de l’amidon végétal pour l’enveloppe externe de la couche, pour l’imperméabilité, et en divisant par 5 la composante de polymère absorbant dans la partie médiane de la couche (de 20 g à 4 g), réduisant ainsi au minimum la présence de ce produit synthétique. Ces couches, qui ont été testées en dermatologie, sont considérées comme moins irritantes et non allergiques… mais leur prix est supérieur aux couches jetables plus traditionnelles.

Pour être considéré « écologique » au sens stricte du terme, le produit doit être certifié par un organisme indépendant qui fixe les critères de fabrication environnementale comme Underwriters Laboratories qui peuvent octroyer une certification écologo. Si vous voyez un logo sur un emballage de couches qui symbolise un produit écologique, cela ne vous procure aucune garantie que la couche est effectivement plus écologique qu’un autre produit concurrentiel plus traditionnel.

Même si l’érythème fessier peut se produire chez tous les enfants avec n’importe quel type de couches vu l’humidité et le frottement, il s’avère que des bébés réagissent plus que d’autres à certains des produits utilisés par les divers fabricants. C’est pourquoi l’on suggère fréquemment de changer de compagnie si cela se manifeste de façon récurrente chez votre petit. L’érythème fessier, qui se caractérise par une peau irritée, rouge et souvent enflammée, est généralement provoqué par un contact prolongé avec l’urine ou les selles (humidité). La friction et le frottement d’une couche trop serrée peuvent aussi être mis en cause, comme les substances irritantes contenues dans la couche elle‑même ou dans les lingettes, lotions et savons.

Trucs pour économiser :

  • Les couches vendues un peu plus chères tendent à être de meilleurs choix pour leur capacité à absorber mais certaines marques maison font aussi bonne figure;
  • Surveillez les rabais d’un magasin à l’autre, les coupons en ligne disponibles pour votre prochain achat;
  • Acheter en gros. Le prix à l’unité diminue de façon significative avec les grands paquets comme par exemple, paquet de 156 couches au lieu du paquet de 27. Ainsi, si on regarde 2 ans plus tard, l’économie est très respectable;
  • Attention de ne pas trop acheter à l’avance pour que la grandeur de la couche convienne toujours à votre poupon;
  • Attention, un achat de couches en ligne ne représente pas toujours une économie, surveillez les autres frais associés (comme la livraison);
  • Les couches indiquées « écolo » (le sont‑elles vraiment?) sont toujours plus dispendieuses à l’achat;
  • Les couches lavables sont aussi une option pour économiser à plus long terme.

Pour en apprendre plus sur les lingettes, consultez le billet à ce sujet : Les lingettes pour bébé

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu