N’oubliez pas de consulter la partie précédente : le diagnostic et les symptômes du CMV

Pourquoi une infection par le cytomégalovirus attire-t-elle notre attention plus particulièrement lors d’une grossesse?

Il faut savoir que la contamination à cytomégalovirus entre une mère et son bébé est l’une des infections virales les plus rencontrées durant la grossesse. Si la mère a été contaminée dans son jeune âge, le virus peut se réactiver et amener des problèmes au fœtus. Et c’est encore plus probable, si la future mère est infectée durant sa grossesse pour la première fois (primo-infection). L’impact est alors plus dramatique. Dans ce dernier cas, on dit que plus de la moitié des bébés seront contaminés par le virus via le sang de leur mère.

L’impact plus sévère d’une infection primaire pour la femme enceinte peut provoquer chez elle, dans les pires cas, une pneumonie, un ulcère intestinal, une infection cervicale ou une cécité.

L’impact plus sévère d’une infection pour le bébé in utero (infection congénitale), peut entraîner en début de grossesse, un avortement, ou des complications majeures. Plus tard dans la grossesse, on peut remarquer un retard de développement, un retard de croissance, une naissance prématurée, des malformations au niveau du système nerveux central, une jaunisse plus importante provenant d’une lésion du foie (hépatique) et de la surdité. On pense que 30% des malformations rencontrées chez les bébés naissants seraient en lien avec le virus du CMV. On remarque également que, même si le bébé ne naît avec aucune manifestation clinique, 6% à 25% d’entre eux présenteront, dans les deux premières années de vie, des séquelles neurologiques (retard mental et psychomoteur) et sensorielles (perte auditive).

L’impact possible d’une infection au CMV chez le bébé en néonatal, c’est-à-dire contracté suite à la naissance peut s’avérer aussi grave, surtout si le bébé est né prématurément. Les répercussions peuvent être variées selon l’atteinte en cause, avec des complications au niveau de son foie et de son sang par exemple.

Lisez la suite : le traitement et la prévention du CMV  

 

Illustration par Anton Gorovits

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu