Claudia, maman de bébé Benjamin, témoigne de son expérimentation de différents types de tire-lait. Elle explique comment et quand elle a utilisé le tire-lait simple, le tire-lait de grade professionnel (en location) et le tire-lait électrique double.

Et pour améliorer vos connaissances sur le sujet, lisez ces billets de blogue :

2 Commentaires. Leave new

  • wow! merci pour votre témoignage, je suis certaine que cela pourra encourager certaines mères qui, comme vous, on choisis de donner leur lait à leur bébé en considérant certaines situations souvent en-dehors de notre contrôle. Bravo pour vos efforts! pour les conseils sur la montée de lait, j’ai déjà un blogue sur mon site à consulter pour vous afin d’avoir encore plus d’informations à ce sujet. belle continuité, Marie

  • Sandrine Mahé
    01/17/2017 9:21 am

    Bonjour,

    Je suis Sandrine Mahé. J’ai un garçon Loukas né le 5 Décembre 2015.
    J’ai choisi l’allaitement car je trouve que la nature nous offre un magnifique cadeau. Celui de nourrir son enfant. Personne dans ma famille à allaité.
    Les 2 1ers jours Loukas à pris au sein et le 3ème jour il pleurait devant mes seins lors de la monté de lait. Aucune infirmière m’a aider lors de la monté de lait. Elles m’ont dit de tirer le lait avec mes mains. J’étais épuisée.
    Arrivés à la maison nous avons pris un double tire lait électrique, je n’arrivais pas à utiliser le simple manuel. J’ai tirer aux 2 heures les 1ers jours pour faire de l’avance. Je tirais jusqu’à presque 2 litres par jour.
    J’ai proposez à 4 reprises en Décembre et Janvier de proposer le sein à Loukas. Rien à faire, il pleurait. J’ai arrêté de lui proposer.
    En Mars, sous la douche, je me suis dis je vais essayer de lui donner le sein et il a pris le sein comme au 1er jour comme si il l’avait toujours pris. Quel soulagement et fièreté j’ai ressenti.
    J’ai continué de tirer mon lait jusqu’en Octobre 2016 (10 mois et demi d’allaitement) et je donnais le sein 1 à 2 fois par jour à Loukas pour un moment de paisibilité et de complicité.
    Je ne regrette en rien le tire-allaitement. J’ai mis un bon 2 mois pour accepter que Loukas ne voulait pas le sein et me dire que dans tous les cas je l’allaite, c’est mon lait. Et que c’est une grande fiereté de tirer son lait. Cela n’est pas facile à chaque jour. Nous sommes fatiguées, nous souhaitons des répis. Ne pas tirer à chaque jour.
    L’allaitement nous suit. C’est un « être » vivant. Lorsque nous sommes fatigués, le moral dans les chaussettes, il diminue. Lorsque nous allons bien, nous sommes paisibles, la production augmente.
    Lorsqu’elle diminuait je faisait la méthode 20 min je tire. Je stop 10 min. Je tire 10 min. Je stop 10min. Je tire 10min.
    Je le faisais 1 fois le matin et le soir, 3 jours de suite. Cela augmentait la production de lait.
    Écouter ses intuitions est important lors de l’allaitement. Cela nous aide beaucoup.

    Voici mon histoire de l’allaitement de Loukas. J’en suis fière et je recommencerais la même chose pour l’enfant que j’attend cette année. Avec plus de légéreté.

    Merci de m’avoir lu.

    PS: j’ai besoin de conseils pour l’allaitement lors de la montée de lait s’il vous plaît. Merci.

    Sandrine Mahé

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu