Si vous souhaitez connaître les aliments composés majoritairement de fer, rendez-vous au billet Les aliments riches en fer.

La carence en fer et l’anémie chez le bébé de moins de 1 an est la plus répandues des carences. À long terme, la carence en fer résulte en anémie ferriprive.

L’Organisation mondiale de la Santé définit la carence en fer comme : « Un état dans lequel le fer est insuffisant pour maintenir la fonction physiologique normale des tissus sanguins, cérébraux et musculaires. »

La carence en fer est parfois difficile à identifier, car à la base, les symptômes sont souvent assez généraux. Une bonne alimentation peut encore, à elle seule, régler la situation et prévenir un diagnostic d’anémie. Voici quelques signes pouvant indiquer une carence en fer :

  • pâleur;
  • irritabilité;
  • fatigue;
  • manque d’appétit;
  • ralentissement du développement (marche plus tard, etc.)
  • moins d’attention;
  • à ce stade, les courbes de croissance du poids et de la taille peuvent demeurer dans la normalité.

Toutefois, quand on parle d’anémie (anémie ferriprive (privé de fer)), l’atteinte est plus importante avec des effets graves à long terme sur le développement au niveau moteur, neurologique, cognitif et même comportemental. C’est en lien direct avec l’impact majeur d’un niveau insuffisant de concentration en fer sanguin. C’est pourquoi, dans le doute, pour mieux diagnostiquer l’anémie chez un bébé, des prises de sang peuvent être nécessaires, en plus de l’examen clinique, de l’histoire et des antécédents.

Quels sont les bébés à risque d’anémie?

Certains bébés seront plus prédisposés que d’autres à souffrir d’anémie. Les intervenants de la santé seront plus vigilants à dépister l’affection afin d’en amoindrir les conséquences à moyen et long terme. Voici les facteurs de risques connus d’anémie chez le bébé de moins d’un an :

  • né prématurément;
  • petit poids à la naissance (moins de 3 000 g);
  • allaitement exclusif après 6 mois (pas d’ajout de sources d’aliments riches en fer);
  • régime végétarien;
  • boit une formule commerciale pour nourrisson faible en fer (moins de 7 mg de fer/1000 ml)
  • boit du lait 3,25 % avant 9 mois;
  • boit de trop grande quantité de lait et ne mange pas suffisamment de solides riches en fer;
  • la mère avait une carence en fer durant sa grossesse;
  • la mère est diabétique;
  • la mère a consommé trop d’alcool durant la grossesse.

Lors du suivi médical postnatal d’un bébé à haut risque d’anémie, en prévention, l’intervenant pourrait proposer un supplément en fer en gouttes à administrer au bébé. Puis, au moment de l’introduction des solides, l’apport alimentaire à haute teneur en fer sera valorisé, en plus du supplément, afin de compenser les besoins grandissants en fer du bébé en grande croissance.

Pour lire la suite, voir Quelques trucs pour enrichir l’alimentation en fer pour un nourrisson.

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu