Pour lire la partie précédente, rendez-vous au Lait commercial pour nourrissons.

Il existe trois grandes catégories de préparation de lait commercial :

  1. Le lait à base de protéines de lait de vache à usage courant pour bébé né à terme et en santé;
  2. Le lait à base de soya, utilisé davantage dans le cas d’une galactosémie, d’intolérance au lactose ou d’alimentation végétalienne;
  3. Les préparations plus spécialisées pour bébé prématuré, bébé intolérant ou bébé qui développent une allergie grave. Ces formules ne contiennent pas de lactose.

Récemment, on a vu apparaître sur le marché certaines formules de préparations commerciales qui affichent “certifiées biologiques”. Jusqu’à maintenant, rien n’a été prouvé de leur supériorité pour la valeur nutritive comparativement aux autres produits. C’est à vous les parents de faire votre choix. Que la préparation lactée soit biologique ou pas, il faut suivre en tout temps les recommandations du fabricant pour la préparation afin de minimiser la contamination et éliminer le plus possible les pesticides et les substances indésirables.

Le lait de base à protéines bovines (lait de vache)

Plusieurs compagnies vous offrent ce type de préparations qui toutes se ressemblent dans leurs composantes; certaines sont partiellement hydrolysées, c’est-à-dire que la protéine a été déconstruite en partie (habituellement 10 fois plus petites en moyenne), ce qui facilite leur digestion. Même si l’on vous fait miroiter l’ajout de produits miracles ou vedettes aux formules, la qualité des préparations qu’on trouve sur le marché semble comparable, sans être équivalente en tout point. Il n’est toutefois pas recommandé de passer d’une formule à l’autre dans le cas d’un très jeune bébé vu l’immaturité de son système qui peine déjà à s’habituer à son lait.

Avant de vous suggérer un lait en particulier pour votre bébé, l’intervenant de la santé doit à priori connaître un peu son histoire depuis sa naissance : Est-il né à terme? A-t-il eu des reflux? A-t-il éprouvé des difficultés à digérer même le lait de sa mère? A-t-il eu des coliques beaucoup plus jeunes? A-t-il été constipé, a-t-il une fissure anale? Y a-t-il une histoire familiale d’intolérance? Tout ça doit d’abord être étudié pour qu’on puisse bien vous conseiller. Chose certaine, si votre bébé est né à terme, n’a présenté que très peu de réactions au lait maternel et que sa croissance va bon train, le lait artificiel à base de lait de vache vous sera proposé et, après deux à trois semaines d’utilisation, on verra s’il y réagit ou non et on n’interviendra pour changer le lait qu’au besoin seulement.

Le lait à base de soya

Le soya est un végétal, donc exempt du sucre du lait animal (lactose) qui cause chez certains bébés bien des inconforts. On conseille cependant de ne JAMAIS donner du lait de soya aux bébés, sauf sur recommandation médicale. En effet, comme il est également possible de développer une intolérance au lait de soya et qu’un potentiel de carences nutritionnelles y est associé, mieux vaut une expertise spécialisée pour bien vous orienter.

Le lait thérapeutique

Le lait thérapeutique est beaucoup plus facile à digérer pour un très jeune bébé ayant une fragilité, une immaturité de son système. La protéine bovine peut être alors fortement déconstruite, c’est-à-dire, jusqu’à 50-60% en acides aminés libres (ex: Alimentum et Nutramigen) et il y a aussi la recette qui présente une décomposition complète à 100% d’acide aminés libres (ex: Puramino et Néocate) qui facilitera grandement l’absorption au niveau de l’intestin du poupon. En cas de nécessité, le médecin pourra prescrire ce genre de lait, par exemple s’il voit chez l’enfant des signes évidents d’intolérance ou d’allergies graves aux formules plus régulières. Ces laits coûtent très cher, mais vous seront remboursés en entier si le médecin a rempli le formulaire, lors de sa prescription, pour un bébé nécessitant seulement.

Ce qui précède vous donne une bonne idée des catégories de lait maternisé, mais il existe des dizaines et des dizaines de laits différents qui rentrent dans l’une ou l’autre des catégories. Donc, dans le doute, demandez à une personne d’expérience de vous aider. Les intervenants de la santé en périnatalité sauront vous conseiller vers le meilleur choix pour votre enfant.

Les préparations lactées de “transition” ou ” Deuxième étape” font référence à des formules plus adaptées aux enfants qui sont âgés de 6 mois et plus. Quand l’enfant mange bien, de façon variée de chaque groupe alimentaire à 6, 7 mois, il est vrai qu’un parent peut décider de donner un lait deuxième étape, qui contient plus de calcium et plus de fer, pour compléter l’apport en solide du bébé jusqu’à 9 ou 12 mois, mais il peut aussi continuer sans problème la formule première étape qu’il prend, s’il mange très bien de tout. Sachez qu’à 9 mois, un bébé peut boire du lait 3,25 % s’il mange bien de tout et que sa croissance et développement sont sans particularité. Si votre bébé a eu des intolérances/allergies plus jeune, des reflux importants ou des coliques très importantes, vaut mieux à ce moment continuer la formule jusqu’à 1 an avant d’introduire le lait 3.25%, pour lui donner toutes les chances de maturer davantage son système digestif. Le lait de chèvre pasteurisé peut aussi être présenté à un bébé dès 9-12 mois si il est en bonne santé et qu’il ne présente rien de spécial au niveau de son développement, mais celui n’offre pas plus de bénéfices au poupon que le 3.25% à la base. Le lait 2% lui ne sera pas recommandé avant l’âge de 2 ans à un bébé, tout comme les boissons de soya, d’amandes ou de riz.

Pour en apprendre plus sur les laits artificiels, voir le billet Les types de lait artificiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu