On appelle la période de baby blues, celle qui suit de près l’accouchement. Celle ou les hormones sont en chute libre, là où la fatigue se fait sentir, que le sommeil manque et que l’humeur est très labile. Cet état émotionnel fragile, cette déprime que l’on dit passagère est vécue par 60 à 80% des femmes dans le premier mois suivant la naissance. La nouvelle mère peut pleurer, changer d’humeur souvent, se voir plus impatiente et/ou fatiguée.

 

Quand on parle d’une dépression postnatale, on verra alors les symptômes de déprime s’accentuer, s’intensifier. La nouvelle mère pourra avoir plus de problème à dormir, un appétit augmenté ou diminué, un sentiment d’incompétence, une perte d’intérêt général et même, une perte de plaisir pour les choses qu’elle aimait auparavant.

Un diagnostic de dépression postnatale sera posé chez 10 à 15% des nouvelles mamans mais on sait pertinemment que cette statistique est sous-évaluée considérant que plusieurs femmes vont préférer s’isoler, se refermer sur elles-mêmes et ne demanderont pas d’aide.

Il y a peu de place pour vivre des sentiments négatifs. Socialement, on est supposé être heureux et cela engendre encore plus de détresse et de culpabilité qui rendent la nouvelle mère encore plus déprimée.


Le réseau de soutien peut faire toute la différence dans le rétablissement de la nouvelle mère. Être écoutée sans jugement, avoir du répit, être encouragée, avoir de l’aide pour la maison, tout cela est précieux à recevoir pour une nouvelle famille.

 

Au besoin, sachez qu’il y a de l’aide pour vous!

 

Et pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez consulter :

 

Marie
La spécialiste des bébés

Ce billet est également disponible en: English

2 Commentaires. Leave new

  • Joyeux Noel à vous aussi Sophie hihih
    Merci pour les beaux mots et oui, une dépression postnatale peut se voir diagnostiquée avec des symptômes de baby blues qui s’intensifient, qui perdurent dans le temps et qui viennent modifier le sommeil, l’appétit et la joie de faire des choses qu’habituellement elle aimait faire. Mais je vous invite à voir également le billet sur la dépression périnatale puisque cette situation n’arrive pas seulement après l’accouchement.
    Continuez de vous amuser et je vous souhaite une superbe année à venir,
    Marie

  • Bonjour et joyeux Noël,
    Des informations bien claires, concises et compréhensibles. Merci beaucoup. C’est bien de savoir que le coup de blues après accouchement est parce que les hormones font des siennes, non une histoire de « la femme et ses humeurs ». Les hommes devront également lire cet article, pour qu’ils ne se sentent pas perdu en voyant leur femme avoir un bébé mais au lieu d’être heureuse, mélancolique. La grande contradiction !
    Si je comprends bien, un baby blues qui se prolonge peut finalement être une dépression postnatale ? Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu