Si vous souhaitez en connaitre plus sur les changements du haut du corps pendant la grossesse, consultez : Haut du corps

Les symptômes de grossesse se font ressentir à plusieurs endroits. Dans ce billet, il sera question de l’abdomen.

La constipation fait bien souvent partie du vécu des femmes enceintes. Dans le premier trimestre, c’est entre 25 et 40% d’entre elles qui manifestent des problèmes de constipation. On parle alors de moins de 3 selles par semaine et d’une consistance plus ferme. Les mouvements de l’intestin, aussi nommés le « péristaltisme intestinal », ralentissent sous l’effet hormonal. L’intestin se relâche et il devient plus paresseux. On dit qu’il y a un transit intestinal ralenti sous l’effet de la progestérone (l’hormone) et aussi relié à la compression du contenu grandissant de l’abdomen. Il y a aussi au niveau intestinal, une augmentation de l’absorption qui se fait tout au long de la grossesse.

Photo - femme enceinte

De plus, l’utérus augmentera sa taille de 40 fois et son poids de 15 à 20 fois son poids initial avec l’évolution de la grossesse ce qui laisse peu de place à l’intestin pour se déployer. Il est comprimé, ce qui ne facilite pas l’élimination. On peut dire également que la consommation de fer, l’aspect mécanique changé de l’intestin et le manque d’exercices peuvent être aussi des causes possibles de l’émergence de la constipation.

À la fin de la grossesse, c’est le bébé plus gros qui peut parfois comprimer l’intestin.

Que dire maintenant de la capacité vésicale! Uriner de nombreuses fois dès le début de la grossesse rappelle constamment à la femme enceinte que son métabolisme va bien rapidement, même au niveau de ses reins.

La filtration au rein augmente de 50 à 85 % et cela touche toutes les femmes enceintes. Plus de liquide à filtrer, plus de travail rénal et plus d’urine à éliminer.

Au niveau vaginal, plusieurs femmes enceintes manifestent plus de pertes et de tiraillements au début de la grossesse, avec parfois des sensations de petits chocs électriques. Plusieurs femmes auront de légers saignements rosés, rouges ou bruns comme du sang coagulé dans leur premier trimestre de grossesse. Cela n’est pas une mauvaise nouvelle en soit, car peut être attribuable à un col utérin qui est friable (saigne facilement) ou à l’implantation, à la nidation de la fécondation sur l’endomètre de l’utérus ou à la suite d’un rapport sexuel. Le saignement peut être répétitif mais de faible quantité, et ce, sans caillot, sans douleur très importante au bas du ventre pour la femme enceinte. Sinon, il vaut mieux consulter. 

À cause des changements hormonaux, le « pH vaginal », ou le degré d’acidité ou d’alcalinité vaginal, deviendra plus sucré. On remarque qu’au lieu d’être plus acide comme à l’habitude pour protéger les femmes des infections extérieures, le pH deviendra plus sucré en raison de la plus grande quantité de glycogène. Toutes les femmes enceintes sont donc plus sujettes à développer des infections à champignons (vaginite de grossesse) ou des vaginoses venant d’une bactérie. Tout cela peut être traité et demeure sans conséquence pour la mère et son bébé.

On remarque également que les abdominaux d’une femme enceinte, « les grands droits » plus spécifiquement, ne se sont jamais étirés comme ça pour un premier bébé. Ces muscles vont s’allonger d’au moins 15 centimètres durant la grossesse. Pour le premier bébé, il y a 100 % des femmes enceintes à 35 semaines de grossesse qui auront une diastase des abdominaux et 40 %, 6 mois après l’accouchement. Cette distention peut amener des tiraillements, des brûlures dans le bas du ventre et des crampes à la future mère. Cette diastase a comme conséquence d’affaiblir la force du plancher pelvien, d’où l’importance de bien raffermir le tout durant la grossesse en prévention pour mieux récupérer la force et le tonus en postnatal.

Pour un 2e ou 3e bébé, le ventre devrait sortir beaucoup plus rapidement du bassin puisque les grands droits se sont déjà étirés dans le passé. Ainsi, les vêtements de maternité seront plus rapidement portés, souvent dès le premier trimestre. 

Durant la grossesse, environ 50 % des femmes enceintes auront des douleurs lombaires (bas du dos) ou pelviennes (ligamentaires, articulaires) (l’os pubien sous le ventre en avant). Même si ces douleurs sont plus présentes entre la 20e et 40e semaine de grossesse, elles peuvent aussi apparaître dès le premier trimestre chez certaines.

Plus tard dans la grossesse, autour de 32, 34 semaines, le bébé plus gros débutera sa descente dans le bassin de sa mère. Cela occasionnera d’autres étirements et sensations de craquements, de poussées sur la symphyse pubienne et de déhanchements pour la femme enceinte. Les ligaments sont souvent plus relâchés lors de la grossesse en lien avec la présence de la relaxine qui amène une hyper laxité permettant l’étirement. Toutefois, il y a souvent des douleurs irradiées donc, une investiguation générale est souvent nécessaire pour aider à réduire les douleurs référentes pouvant provenir de différents parties du corps de la femme enceinte.

Attention, une activité musculaire inappropriée peut augmenter le stress des structures pelviennes et être plus sensibles au final pour la femme enceinte.

Votre dos sera très sollicité avec le poids supplémentaire du bébé à soutenir vers l’avant. La colonne vertébrale n’aime pas les flexions. Votre ligne de gravité habituelle sera perturbée par l’augmentation antérieure du poids. Pour un meilleur équilibre, la femme enceinte élargira sa base avec ses pieds et arquera son dos, créant ainsi une lordose de grossesse. Cette compensation dorsale amènera probablement pour plusieurs des douleurs ou des inconforts dans diverses positions. L’application de glace aux sites de la douleur durant 5-10 minutes plusieurs fois par jour peut beaucoup vous aider pour son effet anti-inflammatoire. Une ceinture de soutien peut aussi être utilisée dans des cas spécifiques afin d’aider le soutien du ventre et bassin et diminuer la pression du poids sur les structures osseuses en diminuant la douleur et l’inconfort.

La plupart de ces sensations de douleur se résorberont spontanément suite à l’accouchement mais il est possible que certaines ressentent encore des inconforts après l’arrivée du bébé et de voir une ostéopathe ou physiothérapeute spécialisée en plancher pelvien peut grandement aider votre situation.

Pour en apprendre davantage sur le bas du corps et la grossesse, consultez Bas du corps.

Ce billet est également disponible en: English

2 Commentaires. Leave new

  • Il faudrait que vous lui demandiez ce que sont des » rail » car je ne sais pas de quoi vous me parlez, désolée………

    Pour savoir l’impact sur votre grossesse de ce résultat, vaut mieux encore une fois demander à votre intervenant car il va revoir tous les résultats et votre situation à vous (votre histoire de santé, les facteurs de risques etc….)

    bonne chance,
    Marie

  • Mohamed Ibrahim
    06/17/2018 4:55 pm

    Bonsoir ,je suis enceinte de 6 semaines et quelque jours le docteur ma dit que lors de la prise de sang et après le résultat de l’analyse que j’ai des Rail dans le sang alors Est ce que ça peut provoquer des risques grave et qui peut mener le fausse couche merci

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu