Avez-vous lu la première partie? Alcool pendant la grossesse et l’allaitement

Photo - Femme enceinte - Alcool et grossesseCe que l’on sait présentement sur le risque de la consommation d’alcool chez la femme enceinte réside dans le fait que des complications de grossesse peuvent survenir pour la femme. Des risques de malformations sont aussi possibles chez le bébé en grand développement.

Important de préciser qu’il n’y a aucune fréquence ni quantité sécuritaire de prise d’alcool durant toute la grossesse, peu importe le type d’alcool consommé.

Plus la femme enceinte qui consomme de l’alcool augmente sa consommation, plus les risques de problèmes liés au bébé sont en hausse.

Parfois on entend des personnes dirent “c’est pas grave, c’est juste un verre”. Avec les informations disponibles jusqu’à présent, personne ne peut vous garantir qu’il n’y aura pas d’effets, de répercussions pour vous ou le bébé. Même si votre consommation reste occasionnelle et très limitée.

Les conséquences de la prise d’alcool ne sont pas toujours visibles à la naissance, mais parfois plus tard dans la vie de l’enfant. Comme le placenta laisse passer l’alcool de la mère à son bébé via le sang avec une concentration presque égale, on recommande de ne pas prendre d’alcool durant toute la grossesse.

Ce que l’on sait concernant la prise d’alcool durant la grossesse :

  • plus la mère a pris d’alcool, plus le bébé est à risque;
  • plus la consommation d’alcool par la femme enceinte était fréquente, plus de risques pour le bébé;
  • plus il y a eu des mélanges de différents produits d’alcool, plus le risque augmente pour le bébé;
  • le moment de l’exposition à l’alcool durant la grossesse par rapport au développement du bébé in-utéro influe aussi sur les conséquences potentielles sur l’enfant en devenir;
  • si la mère n’avait pas une bonne hygiène de vie pour son alimentation, son repos et ses activités, etc., et qu’elle a consommé de l’alcool, cela peut aussi augmenter l’impact négatif au niveau du développement du bébé;
  • il peut y avoir un état de santé ou une génétique qui peuvent aussi influencer la prise d’alcool chez la femme enceinte.

Les effets de l’alcool pour la femme enceinte

Photo - Bébé prématuré - Alcool et grossesseLa prise d’alcool chez la femme enceinte peut amener davantage de fausses couches en début de grossesse et d’accouchements prématurés plus tard durant la gestation.

Selon la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, si la femme a consommé une faible quantité d’alcool avant de savoir qu’elle était enceinte, cette situation ne justifie pas de penser à interrompre la grossesse par prévention.

Des décès in-utéro sont aussi recensés en lien avec la prise d’alcool durant la grossesse. Ce sont des risques que l’on peut prévenir. Vous avez en ce sens un certain pouvoir en ne consommant pas d’alcool durant toute votre grossesse.

Les effets de l’alcool pour le bébé

L’alcool est un agent dit “tératogène” c’est-à-dire, qui peut amener des malformations congénitales chez le bébé. Quand on parle d’alcool, j’entends à la fois la bière, le vin et les autres spiritueux.

On ne peut pas savoir à l’avance l’impact de la présence d’alcool dans le système sanguin du bébé durant son développement. Selon les recherches, les organes les plus touchés et les plus endommagés sont le coeur, les reins, le foie et les voies digestives.

De plus, le cerveau est très très sensible à l’effet de l’alcool. Il peut ainsi y avoir des symptômes très variés chez l’enfant à naître ou plus tard dans sa vie.

Après la naissance, on peut remarquer de l’irritabilité, des tremblements, des difficultés alimentaires, respiratoires et digestives, comme la diarrhée par exemple, chez le nouveau-né.

Avec le temps, les problèmes neuro-développementaux sont possibles selon l’atteinte de la matière cérébrale. Des problèmes de langage, d’apprentissage, de mémoire, d’attention, d’impulsion ou de comportement n’en sont que quelques exemples.

Cuisiner avec de l’alcool enceinte

J’ai eu à maintes reprises la question de parents qui me demandaient s’ils pouvaient utiliser de l’alcool dans certaines recettes lors d’une grossesse. Il n’y a pas de problème à ajouter du vin ou de la bière, par exemple, à un plat à cuire qui sera porté à ébullition, car l’alcool s’évapore à ce moment. Toutefois, si vous pensiez ajouter un alcool à un dessert sans le cuire, vaut mieux s’abstenir, car l’alcool ne se dissipe pas du tout. Cela correspond à la même chose que de le boire.

Qu’est-ce que les troubles du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF)?

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu