gtag('config', 'AW-970745833');

Avez-vous lu la première partie sur le deuil prénatal?

À travers le monde, la signification que peut prendre la perte d’un bébé durant la grossesse ou très rapidement après sa naissance reste multiple. Voici quelques trouvailles que j’ai fait sur le sujet:

En Asie par exemple, la femme est responsable du décès de son enfant pour diverses raisons évoquées. Comme le fait qu’elle ait mangé quelque chose de néfaste, ou bien, qu’elle ait pris une douche qui aurait provoqué l’accouchement ou encore, qu’elle soit sortie un soir. Considérant ces exemples typiques, dans le même sens, vous comprendrez qu’il y a très peu de compassion pour la mère endeuillée et celle-ci se retrouve devant un isolement majeur. Souvent ces femmes, trouveront un peu de réconfort à travers leur religion, leurs prières et en pensant que la perte de leur enfant était la volonté divine et qu’un autre enfant à venir comblera ce vide.

En Inde, on constate que la valeur et l’identité d’une femme est déterminée par la fertilité. Plus tu as d’enfants, mieux c’est. Le perdre, c’est un déshonneur. C’est pourquoi, il y a beaucoup de pression sociale à avoir un bébé rapidement et surtout, un garçon.

Au Japon, selon leurs croyances, le nouveau-né ne fait pas partie du monde des humains à la naissance. Naturellement, on croit que l’enfant est accroché au monde des esprits, des dieux et ce, jusqu’à l’âge de 7 ans. Vivre le deuil d’un bébé durant la grossesse ou peu de temps après sa naissance n’est donc pas vécu comme le deuil d’un adulte car en principe, il ne faisait pas encore partie à part entière de la famille. Les couples vivront la perte de leur bébé selon leurs traditions et pratiques dans la famille qui les entoure. On observe souvent dans la maison des parents endeuillés, un espace avec un petit hôtel bouddhiste où la mère ira à la rencontre spirituelle de son bébé en lui parlant.

Au Pakistan, la mère sera blâmée, discriminée et exclue de la communauté. Elle pourrait aussi être maltraitée par son mari et les autres femmes de la famille. À Taiwan, c’est la mère qui est la responsable du décès de son bébé. En Somalie, la mort d’un enfant est un plan de Dieu et la mort fait partie du cycle de la vie.

Deuil périnatal : Le après 

Il y a un impact certain pour le couple qui retourne à la maison après avoir vécu la perte de leur bébé. Certaines réactions viendront plus rapidement que d’autres mais les étapes du deuil se feront au rythme de la personne et selon ses habiletés acquises jusque-là.

Au niveau de la littérature, il va de soit que le vécu des mères endeuillées est plus documenté que celui des pères. On remarque des effets plus à court terme et d’autres qui prennent plus de temps à se manifester.

Lisez la suite de l’article : Les effets de la perte d’un enfant chez l’homme, la femme, le couple, la famille et et l’entourage

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu