gtag('config', 'AW-970745833');

Mise à jour du billet le 05 juin 2018

Dans le meilleur des mondes, la femme enceinte ne prendrait aucune médication tout au long de sa grossesse. Cependant, on sait que la future mère ressent souvent divers maux de grossesse bien connus et que son système est plus à risque d’infection au dernier trimestre. Il est donc prévisible que plusieurs mamans devront recourir à une médication durant la grossesse pour soulager certains symptômes.

Cela dit, la médication comme telle n’est jamais un traitement de première intention. Un ensemble de moyens peuvent agir efficacement sur votre état, et ce, sans la prise d’aucun produit pharmaceutique. Par exemple : améliorer ou adapter votre alimentation et votre hygiène de vie, faire de l’exercice, pratiquer la détente par la méditation, le yoga prénatal ainsi qu’une séance d’ostéopathie ou d’acupuncture.

C’est important d’écouter son corps et de toujours privilégier d’abord des solutions non médicamenteuses…

Je sais très bien que certaines femmes enceintes préféreront ne rien prendre, même si elles vivent plusieurs maux, de peur qu’il y ait des effets sur leur bébé. C’est important d’écouter son corps et de toujours privilégier d’abord des solutions non médicamenteuses. Mais parfois, il est  nécessaire de traiter une future mère afin d’éviter des complications ou d’aggraver la situation.

Je ne vous propose donc qu’un éventail sommaire mais pratique de médicaments sans ordonnance autorisés, qui ne remplacent toutefois pas une consultation médicale quand nécessaire. Avant toute prescription d’un médicament, le médecin devra considérer l’âge gestationnel, voir les effets possibles chez le fœtus en utilisant les sources d’informations adéquates et appliquer les principes de base de la pharmacologie.

La période la plus fragile aux médicaments pour la formation du bébé va du 14e jour post-conception à la 9e semaine de grossesse, puisqu’un médicament ne défait pas un organe déjà développé normalement mais peut influencer et modifier le développement embryonnaire ou fœtal normal (effet tératogène).

Les médicaments autorisés

Disons tout de suite que vous pouvez prendre du Tylenol au besoin. Même chose pour Myoflex (contractures musculaires), les sirops Balminil DM et Benylin DM (rhume) ainsi qu’Otrivin et Dristan (congestion nasale). Rien n’interdit non plus de soigner vos reflux d’acidité avec Tums, Maalox et Gaviscon, ni d’atténuer vos symptômes d’allergies saisonnières à l’aide de Claritin, d’Aerius, de Reactine ou d’Allegra.

Évitez de prendre des formules complètes, complexes ou combinées. Il vaut mieux traiter le symptôme le plus important, est-ce la congestion, la toux? Traiter un symptôme à la fois.

En cas de vaginite (une infection à champignons), Canesten, Monistat et Gynécure sont indiqués, idéalement en traitement d’une semaine. Pour soigner les hémorroïdes, les Tucks et la crème Anusol sont des bons choix. En cas de diarrhée, tant Imodium que Kaopectate conviennent; si vous êtes plutôt constipée, mieux vous alimenter et bien vous hydrater pourraient suffire à régler le problème; sinon, l’ajout de Metamucil, de Prodiem, de Benefibre, de Colace ou de Surfak devrait y remédier en quelques jours. Si vous êtes vraiment très incommodée en plus d’être constipée depuis au moins trois jours, vous pouvez utiliser un suppositoire de glycérine.

Bref, l’éventail des médicaments autorisés est assez large pour soulager les inconforts courants. Retenez toutefois qu’advenant que vos symptômes s’aggravent malgré vos efforts de rétablissement, il faudrait alors – en tout temps – consulter votre médecin pour les suites à tenir.

Pour encore plus d’info sur les médicaments permis durant la grossesse et pour découvrir ou redécouvrir ceux qui le sont pendant l’allaitement, je vous invite maintenant sur mes billets grippe et grossesse, acupuncture et grossesse, fer et grossesse et médicaments et allaitement.

Psychopharmacologie et autres

Sans oublier, si vous êtes une femme qui aviez une médication à prendre avant même la grossesse, comme des anxiolytiques, des antidépresseurs,  des antipsychotiques, des médicaments pour la haute pression, le diabète ou pour une maladie intestinale, etc., il ne faut jamais cesser le tout sans consulter votre médecin. Les plus vieux médicaments sont souvent les plus sûrs, les plus connus (plus de données) pour une femme enceinte ou qui planifie une grossesse.

Voici quelques principes pour les femmes traitées pour un trouble de l’humeur (psychopharmacologie) dans l’idéal:

  • En pré-conception, vaut mieux changer les médicaments si possible qui peuvent nuire à une grossesse éventuelle
  • S’assurer d’une stabilité d’au moins trois mois chez le femme traitée avant la venue de la grossesse
  • Opter toujours pour une molécule qui est plus connue et considérée sécuritaire pour une grossesse et le bébé en devenir
  • Chercher la mono-thérapie (une médication à la fois) plutôt que la polythérapie, dans le meilleur des mondes, pour diminuer l’exposition au bébé durant la grossesse et l’allaitement. Ne pas oublier que le THC  (cannabis) entre aussi dans la polythérapie, à vérifier toujours avec la femme en pré-conception.
  • On cherche toujours à donner la plus petite dose efficace pour diminuer les effets sédatifs possibles
  • Favoriser un travail en interdisciplinaire avec la famille pour assurer un soutien et un suivi de près.
  • Pour la médication et l’allaitement, il faut réévaluer le tout car le bébé de moins de 2 mois de vie est plus vulnérable et plus fragile et puisqu’il élimine plus lentement la médication, il y a un risque d’accumulation possible.

Je vous invite à visionner les vidéos suivantes en complément d’information :

Vous pouvez aussi consulter ce site web pour poser une question à un pharmacien : Question pour un pharmacien.

Merci et à bientôt!

Marie
La spécialiste des bébés

Ce billet est également disponible en: English

3 Commentaires. Leave new

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu