Avez-vous lu le billet précédent de Geneviève? Prématurité

Mes jumelles ont maintenant 19 mois. Mes petites souris sont devenues des petites tornades.

Lorsqu’on a des jumeaux, la dynamique de vie est, disons, particulière! C’est à ce moment qu’on se rend compte que la vie en général n’est pas vraiment adaptée pour avoir plusieurs jeunes enfants en même temps (ceux et celles qui ont eu des grossesses rapprochées comprendront également!).

Commençons par les déplacements : lorsque je dois, par exemple, amener mes filles à la garderie (donc tous les matins), un premier problème survient : elles n’ont pas marché avant l’âge de 19 mois. Eh bien non, mes filles sont peureuses ça à l’air. C’est ce que le pédiatre a dit. «Elles peuvent marcher, c’est qu’elles ne veulent pas.» a-t-elle ajouté. Le sens de l’organisation se développe à grande vitesse ici.

Objectif : Se rendre de la voiture dans le stationnement jusqu’à la porte du local de la garderie dans un minimum de temps. Un bébé dans un bras et je pousse une poussette parapluie de l’autre. Bon, je ne maîtrise pas super bien les virages et les deux portes que je dois traverser, mais ça s’en vient… Alors que je commençais à maîtriser le tout, l’hiver a pointé le bout du nez. Je vous le dis tout de suite, dans le combat poussette parapluie contre 10 centimètres de neige, c’est la neige qui gagne par K.O.

Ensuite quand je réussi à me rendre au lieu voulu, il a l’espace que je prends constamment. J’ai une poussette double, pour le centre d’achat par exemple, ma mini-van de luxe pour bébés. Bon, autant j’aime sa maniabilité, autant essayer de se déplacer dans un magasin de vêtements avec ce monstre à roues est totalement impossible. Sans compter que mes filles attrapent tous les vêtements au passage de toute façon.

Et les repas! Je tiens à dire que gérer deux ustensiles est totalement superflu avec plusieurs enfants en bas âge. Une cuillère pour deux bébés et voilà. Une de mes amies m’avait déjà dit horrifiée : «Voyons, elles vont se transmettre tous leurs virus.» Je suis certaine que la cuillère partagée n’a pas vraiment d’impact puisqu’elles mettent TOUT ce qui se trouve au sol dans leur bouche, et ce, chacune leur tour. En plus, elles adorent lécher les vitres, allez savoir pourquoi. Allez, hourra pour les anticorps!

Il y a ensuite les commentaires. Pendant mon congé, j’ai sérieusement pensé à inscrire des réponses déjà toutes faites sur ma poussette.

«Est-ce que les deux sont à toi?
– Non, je les loue à l’heure madame!

– Est-ce que ce sont des jumelles?
Mais non, c’est deux grossesses totalement séparées! Qu’est-ce que vous voulez, je les ai eu vraiment rapprochées!

Et mon commentaire préféré :
– En tout cas, moi j’aurais pas été capable d’élever ça des jumeaux!
J’ai reçu ce commentaire facilement à chaque semaine lors de mes sorties. Et j’ai toujours répondu la même chose :
– Je n’ai jamais choisi d’avoir des jumelles, mais j’ai toujours été capable de m’adapter. Et je ne pense pas que vous auriez abandonné si cela aurait été votre cas.»

Oui c’est souvent arrivé que mon conjoint rentre du travail et que je sois en pleurs parce que les filles sont inconsolables en même temps, que leur couche a débordé en même temps, ou qu’elles ont vomit en même temps. Mais, est-ce que je suis la seule à vivre cela parce que j’ai eu des jumelles? Eh bien non! Chaque grossesse vient avec son lot de défis.

Mais quel bonheur de les voir grandir! On m’avait dit que le lien entre des jumeaux est spécial, mais je ne pouvais pas savoir à quel point. Elle se comprennent tellement. Parfois, elles partent à rire ensemble. J’ai beau essayer de comprendre pourquoi, rien à faire. On dirait bien que je ne fais pas partie du club. Elles sont inséparables et se comprennent. Quand l’une pleure, sa sœur arrive souvent avec un toutou ou une suce pour la consoler.

Mais plus mes filles grandissent, plus tout le monde essaient de les comparer. Une mange plus que l’autre. Ou bien, elle a un meilleur caractère que sa sœur. Je crois que c’est ce que je trouve le plus difficile. La comparaison est tellement facile, mais je trouve cela injuste. Des jumeaux sont des individus uniques avant tout. Ils ne se définissent pas par les actions de leur frère ou de leur sœur. Je ne veux pas qu’on dise que ma fille est meilleure que sa jumelle en bricolage. Je veux qu’on me parle d’elle c’est tout.

En terminant, une question qui brûle les lèvres de plusieurs, j’en suis sûre : Est-ce que je me suis déjà trompée de jumelle? Voyons … une mère devrait savoir différencier ses enfants. Et bien oui, je me trompe, et même souvent. J’ai déjà essayé de nourrir deux fois le même bébé sans comprendre pourquoi elle n’avait pas faim. J’ai souvent mis le mauvais habit de neige, m’en rendant compte seulement à la maison. Et j’ai beaucoup trop de difficulté à les différencier dans le bain. Chaque parent de jumeau pourra vous raconter son truc infaillible. Le nôtre c’est une petite marque sur l’oreille (sur la gauche pour l’une et sur la droite pour l’autre). Puisque je me trompe tout le temps, c’est pour cela que j’adore les habiller pareil en sortie. Cela me donne une bonne raison de les mélanger!

Geneviève
Les opinions émises dans ce billet n’engagent que l’auteure.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu