Pour lire la partie précédente de ce billet, veuillez consulter, Pourquoi perd‑on des cheveux durant la maternité? Les causes possibles.

Il existe plusieurs conseils de prévention pour minimiser la perte des cheveux. Comme vous avez pu le remarquer, il n’y a pas une explication possible à la perte de cheveux que vous vivez mais plusieurs. Imaginez maintenant ces causes possibles qui s’additionnent!

Photo - Tresses : Billet La perte de cheveux pendant la grossesse et après l’accouchementVoici quelques conseils de prévention afin de minimiser la perte de cheveux :

  • Ne pas faire de tresses ou de queues de cheval serrées;
  • Éviter en tout temps les gels, les teintures et les rallonges pesantes;
  • Si la perte de cheveux après l’accouchement dure plus de 3‑4 mois sans produire de repousses, il y a peut‑être un problème sous‑jacent qui nécessite de consulter;
  • Avec votre pharmacien, revoir l’ensemble de votre médication (s’il y a) qui pourrait amener ce genre de réaction en effets secondaires.

Prévenir la perte des cheveux

On ne peut pas empêcher toute perte de cheveux dans une vie, mais il y a à la base une hygiène de vie qui aidera à coup sûr votre situation. Sachez que vous avez aussi un certain pouvoir pour aider votre vécu. Dans la logique de ce que j’ai énoncé comme causes potentielles, les éléments qui suivent pourraient vous aider à prévenir, en partie du moins, la perte de cheveux :

  • Une bonne alimentation variée, équilibrée;
  • Un sommeil approprié;
  • Un suivi médical régulier en dépistage ou en cas de maladies ou prise de médication;
  • Une bonne gérance des stress au quotidien.

Les solutions proposées à la perte des cheveux

Certains vous diront qu’il y a une médication pour diminuer la perte des cheveux ou aider les repousses. Il faut d’abord consulter le médecin avant de tenter toutes sortes de recettes qui vous viennent de part et d’autres et qui pourraient accentuer votre perte de cheveux au lieu de l’améliorer.

Après vérification auprès de pharmaciens spécialisés en grossesse et en allaitement, il s’avère que la plupart des produits vendus sur tablette ou en salon de coiffure sont à faible absorption. L’exposition aux constituants du produit reste courte. Mais, sachez qu’encore ici, il n’y a pas de recette miracle.

C’est pourquoi la grande majorité de ces alternatives sont sécuritaires à la période périnatale. Il est toutefois rassurant de vérifier le produit convoité avec le pharmacien et d’avoir son approbation. Si la problématique de pertes de cheveux persiste au-delà de un an suite à la fin de l’allaitement, vaut mieux consulter à ce moment un dermatologue.

Voici quelques propositions pour aider à favoriser les repousses ou à réactiver la phase de croissance des follicules pileux mais il n’y a rien de garantie là-dedans :

  • Laver vos cheveux une fois pas jour ou aux deux jours pour avoir moins de pertes à la fois:
  • Ajouter du volume aux cheveux grâce à des shampoings volumateurs qui donneront l’impression d’avoir une chevelure plus fournie;
  • Utiliser un sérum de densification capillaire pour favoriser la vascularisation et réveiller les follicules à leur phase de repos (Grow Gorgeous de Deciem, environ 50 $);
  • Appliquer un traitement de nuit pour cheveux aussi appelé masque de nuit pour régénérer les cheveux. Cette formule antioxydante atténue les dommages faits aux cheveux et aide leur croissance. (Night Density Rescue de Nioxin, environ 50 $);
  • Utiliser un shampoing pour donner force et soutien aux follicules pileux grâce à un mélange d’acide aminée et de vitamine B‑5. Il peut être utilisé quotidiennement. (New Hair Biofactors de Nisim, environ 50 $);
  • Appliquer un sérum régénérateur antichute durant 3 mois. Il permet de tripler la durée du cycle de vie des cheveux en améliorant l’enracinement et leur survie. (Triphasic VHT ATP Intensif de René Furterer Paris, 250 $ pour 3 mois)

Quoi faire dans les cas plus graves de perte de cheveux?

Lorsque la situation de perte de cheveux est plus problématique et évolue sur une plus longue période, il y a d’autres propositions qui sont rarement indiquées durant la grossesse ou lors de l’allaitement. Il vous faudra donc attendre pour avoir recours à la dermabrasion, les traitements au plasma, au laser, la prise de contraceptif, le maquillage ou le tatouage.

Je sais que ce n’est pas toujours évident de voir tomber de nombreux cheveux durant la période périnatale. Mais dans la grande majorité des situations, l’équilibre revient avec le temps tout naturellement sans autre intervention.

N’hésitez pas à parler à votre intervenant de vos craintes à cet égard. Une attention particulière sera alors portée afin de suivre l’évolution de votre situation et d’agir au moment jugé opportun.

Merci +++ à Francine ma coiffeuse préférée pour l’aide à la recherche à la base de ce billet.

On se dit à bientôt pour d’autres sujets à venir,

Marie
La spécialiste des bébés

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu