Avez-vous lu la première partie de ce billet Le don de lait maternel et les banques de lait?

Aujourd’hui au Québec, on peut dire que l’on a besoin de plus de 4 000 litres de lait maternel par année pour répondre à la demande des hôpitaux pour plus de 1 000 bébés nés prématurément.

On sait que les bébés prématurés, nés surtout avant 32 semaines de grossesse, sont plus fragiles et plus susceptibles, soit 5 à 6 % des cas, de contracter des infections et faire face à des complications inhérentes à leur grande immaturité. Le lait maternel diminuerait le risque d’entérocolite nécrosante, une complication très importante au niveau intestinal du bébé, de 3.3%. Ces problématiques de santé peuvent être sévères et provoquer des séquelles importantes au bébé et même la mort. Le lait maternel ne peut pas tout éviter mais peut grandement réduire l’apparition de certains problèmes ou, tout au moins, en améliorer l’issue. Le lait provenant de la banque publique de lait maternel, permet de compenser le lait de la femme qui a accouché d’un bébé prématuré et qui ne peut pas donner de son lait pour toutes sortes de raisons.

Seul les professionnels de la santé qualifiés peuvent décider d’utiliser ou non le lait de la banque de lait provenant de Héma-Québec.

À qui sert le lait maternel des banques de lait?

Découvrez la suite du billet Quels sont les critères pour devenir une donneuse de lait maternel?

Crédit photo Alice Chaumier

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu