Pour connaître le fonctionnement des vaccins dans les autres pays, consultez La vaccination dans le monde.

La composition d’un vaccin – comment est fabriqué un vaccin? La plupart des vaccins se composent de la souche même du microbe à combattre. Je m’explique : grâce à la recherche, on sait maintenant que l’on peut prévenir une maladie en donnant une infime quantité d’un microbe à un humain qui sera en mesure de stimuler son système immunitaire et ainsi créer des anticorps, mais pas assez pour provoquer la maladie.

Dans un vaccin, on peut retrouver une portion de la bactérie ou du virus mort ou affaibli. Ou un vaccin « cloné », c’est‑à‑dire synthétique, qui imite l’agent pathogène responsable de la maladie qui permet d’activer la défense immunitaire chez l’humain.

De plus, afin de minimiser le nombre d’injections, les chercheurs ont conçu des vaccins qui cumulent plus d’une souche à la fois de bactéries ou virus. On s’est aperçu que cette façon de faire faisait réagir le système immunitaire de la même manière que si on administrait un vaccin seul, en plus de ne multiplier les réactions indésirables pour la personne vaccinée. C’est le cas du vaccin combinant la diphtérie, le tétanos et la coqueluche : une injection pour 3 vaccins différents mélangés ensemble. Disons que personne n’aime à se faire piquer et cette méthode aide à l’acceptation parfois, n’est‑ce pas?

Certains parents demandent s’ils peuvent choisir à la carte, à l’unité les vaccins à faire donner à leur bébé en dose individuelle. Il est impossible d’avoir recours à tous les vaccins présentés dans le calendrier d’immunisation en dose unique. Certains vaccins peuvent être donnés seuls mais souvent en dose pour adulte, pas toujours en dose pédiatrique.

Le processus d’immunisation – la fabrication de la défense

Voici le processus de fabrication des anticorps à partir de l’arrivée d’une bactérie ou d’un virus lors d’une maladie ou bien par un vaccin administré dans un organisme :

  1. Invasion d’une maladie (bactérie ou virus) par les voies : respiratoire, digestive, intestinale, cutanée, etc. ou par un vaccin par injection, inhalation ou par la bouche;
  2. Provoque le système immunitaire à se défendre en fabriquant des anticorps;
  3. Les vaccins provoquent la formation d’anticorps dans 90‑95 % des cas si donnés dans les moments recommandés. Certaines personnes ne répondent pas bien au niveau de leur système immunitaire et produisent peu ou pas de défense et on ne sait pas toujours pourquoi;
  4. Les anticorps restent dans le système d’un individu avec une durée variable selon le vaccin reçu. C’est pourquoi certains vaccins doivent avoir des rappels (doses ultérieures) à travers le temps pour réactiver les anticorps formés au préalable, afin de continuer à protéger l’organisme à plus long terme. L’exemple du calendrier de vaccination typique est le vaccin combiné de la diphtérie, du tétanos et de la coqueluche qui est donné à plusieurs doses et aussi en rappel à différents moments de notre vie, avec ou sans coqueluche, dans sa présentation initiale mélangée et aussi comme vaccin unique en individuel selon la situation.

Pour poursuivre la lecture, rendez-vous à La vaccination des femmes, de celles qui deviennent enceintes et des femmes qui allaitent.

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu