Mise à jour du billet le 8 mai 2017

Lors de la préparation à la naissance, tout parent se questionne sur divers sujets entourant la venue de leur enfant, y compris sur l’allaitement et les laits commerciaux.Oui, je comprends, les parents, que vous soyez bien embêtés quand vient le temps de choisir une préparation commerciale pour nourrisson pour votre bébé. Que vous ayez choisi de ne pas allaiter votre poupon ou que vous soyez à le sevrer, une question se pose toujours : quel lait donner à notre bébé? La revue Protégez-vous 2016, relève plus d’une centaine de produits pour les nourrissons dans la première année de vie.


Dans ce billet :


Lorsque vous cherchez sur le sujet des laits commerciaux, tous les parents sont impressionnés du nombre de formules disponibles sur le marché et se questionnent sur les qualités des unes par rapport aux autres. Il existe de nos jours une panoplie de types de préparations commerciales pour nourrissons vendues sur les tablettes des pharmacies et même des grandes surfaces. Leur coût n’est pas négligeable : pour un nourrisson, il faut compter entre 85 $ et 120 $ par mois pour l’achat de préparations lactées de base et davantage pour des laits plus spécialisés : lait sans lactose, avec oméga, probiotique, épaissi, avec GOS (fibres alimentaires: Galacto-Oligo-Saccharide, qui aide à nourrir les bonnes bactéries de la flore intestinale), hydrolysé (prédigéré), calories plus…

Sans rentrer dans tous les fins détails des composantes des divers laits, on peut dire que toutes les préparations lactées destinées aux bébés jusqu’à 1 an, vendues au Canada, doivent répondre aux exigences du Règlement sur les aliments et drogues du gouvernement du Canada. Vous êtes assurés que les produits contiennent suffisamment de protéines, de glucides, de lipides, de vitamines et minéraux pour les besoins d’un jeune enfant et ce, peut importe la marque choisie.

En général, il n’y a pas de compagnies meilleures que d’autres tant que la valeur nutritive est la même et que votre bébé le tolère bien. La Société canadienne de pédiatrie prône les préparations commerciales avec supplément de fer de la naissance jusqu’à un an pour prévenir l’anémie chez le nourrisson. Le fer est aussi essentiel au bon développement du cerveau et du système immunitaire d’un bébé. La valeur de fer doit être d’au moins 1 mg  par 100 calories dans la formule de lait pour dire que la préparation soit bien enrichie ou riche en fer.

La vitamine D est aussi essentielle à la bonne croissance des os et des dents d’un bébé. Il y a deux types de vitamine D, la D-3, qui est synthétisée par la peau exposée au soleil et la D-2, qui ajoutée à l’alimentation comme dans le jus d’orange, le lait, etc. Une quantité de cette vitamine est ajoutée aux formules de lait commerciales pour nourrissons mais les dernières recommandations en santé, stipulent qu’il est préférable de donner un supplément de vitamine D à tous les bébés, autant à ceux qui sont allaités que ceux qui reçoivent du lait commercial et ce, pour la première année de vie. Pourquoi? Parce qu’on sait qu’au Canada, la synthèse de la vitamine D (D-3) par le soleil est presque inexistante chez les bébés puisqu’on les cache du soleil l’été et plus tard, on leur applique des écrans solaires à fort rendement de protection contre les rayons néfastes du soleil. Aussi, même si la formule de lait commerciale inclue déjà de la vitamine D, la quantité à boire pour obtenir les bons dosages sont très important et difficile à obtenir par le bébé, d’ou la supplémentation (D-2).

Certains parents me questionnent aussi sur la teneur en aluminium dans les recettes de lait artificiel. Il est vrai que l’on peut retrouver de cet élément à l’intérieur des formules pour nourrisson mais ce qui semble ressortir des études sur le sujet nous rapportent que la grande majorité des préparations que nous utilisons contiennent un seuil souvent inférieur à la dose quotidienne permise fixée par l’Organisation mondiales de la santé et de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture soit : pas plus de 2 mg d’aluminium par kg de poids corporel par semaine. Attention toutefois aux formules à base de soya qui en contiendraient davantage que les formules à base de lait de vache.

En général, il n’y a pas de compagnies meilleures que d’autres tant que la valeur nutritive est la même et que votre bébé le tolère bien

Je vais vous décrire les trois grandes catégories et certaines de leurs caractéristiques pouvant vous aider à mieux comprendre leurs différences et, de là, à faire un meilleur choix.

Pour mieux reconnaître les catégories de lait, consultez le billet détaillé, Les trois grandes catégories de préparation de lait commercial.

Ce billet est également disponible en: English

2 Commentaires. Leave new

  • bonjour Mme Pelletier,

    Pour votre question, je n’en ai aucune idée hihihi
    En fait, même en 1961, il y avait plusieurs marques de laits commerciaux et cies. Les noms ont changé avec le temps et c’est impossible de vous dire celui que vous donniez à votre fille????

    désolée,

    Marie

  • Pelletier Sylvanne
    07/29/2018 11:21 pm

    Je cherche le nom d’un lait maternisé donne à ma fille en 1961. Merci de votre intention.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu