Si vous souhaitez en apprendre davantage sur les purées maison et commerciales, consultez le billet démystifiant les composants: Les différences entre les purées maison et commerciales

Les allergènes et les réactions possibles sont évidemment des aspects à prendre en compte. Plusieurs parents hésitent à donner certains aliments à leur bébé de peur de provoquer une allergie grave. Pour les nouveaux parents, je sais que c’est un peu difficile à suivre au niveau de l’introduction des allergènes potentiels dans l’alimentation de votre enfant, surtout si vous avez déjà eu un autre enfant avec les anciennes recommandations.

Les dernières mises à jour de l’Institut national de santé publique du Québec et Santé Canada datent de 2015‑2016. Elles visent maintenant à encourager les parents à donner rapidement les aliments allergènes à leur bébé et ne plus les retarder. Les dernières recherches montrent qu’un bébé exposé rapidement serait davantage protégé de l’allergie si reçu en jeune âge et de façon régulière, contrairement à ce que l’on avait auparavant avancé avec le risque accru de réactions graves à certains aliments bien précis.

Vu les recommandations actuelles sur l’introduction des aliments allergènes, il est maintenant conseillé de faire entrer les aliments comme les œufs, le beurre d’arachide naturel crémeux ou le beurre de diverses noix ou graines (croquant après 4 ans), le poisson et les fruits de mer après 6 mois, après l’entrée de la viande dans les repas quotidiens du bébé. Ainsi, ces aliments peuvent être introduits dès l’âge de 6 mois.

Puisque l’on donne un nouvel aliment à la fois, on surveillera les signes ou les manifestations cliniques, physiques potentielles de l’introduction de chaque aliment.

Comment savoir si votre bébé fait peut‑être une intolérance, une sensibilité ou bien une réaction allergique à un aliment? Bonne question, voici les signes cliniques potentiels :

Les signes ou les manifestations cliniques de sensibilité à un aliment :

  • au niveau de la peau, vous pouvez retrouver une rougeur, un gonflement, une enflure ou une démangeaison;
  • au niveau du système respiratoire, on peut remarquer davantage d’éternuements, d’écoulement nasal, de congestion, de toux ou d’essoufflement;
  • au niveau du système digestif, vous pourrez remarquer plus de coliques, des vomissements ou de la diarrhée;
  • au niveau des yeux, le bébé pourrait avoir la conjonctive de l’œil rouge, avoir du larmoiement ou des démangeaisons.

Les signes ou les manifestations cliniques de réactions graves à un aliment :

  • état général change vite et inquiète (pas comme d’habitude);
  • on peut remarquer de l’enflure à sa bouche, lèvres ou langue;
  • si le bébé présente des difficultés à respirer bien sûr;
  • et s’il vomit de façon très soudaine.

Voilà pour cette première partie du blogue sur les purées maison. Je pense avoir mis la table avant de se mettre à la confection proprement dite. J’ai reçu de multiples questions en lien avec ce thème : Comment cuire les aliments? Comment favoriser des purées lisses? Comment les servir? Quelle quantité faut‑il prévoir pour notre bébé? Et pour la conservation, comment je peux m’y retrouver?

Pour toutes les réponses, je vous attends pour la suite au billet Confectionnez vos purées maison.

À tantôt,

Marie
La spécialiste des bébés

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu