Il est rare que l’on explique les soins médicaux préventifs usuels suite à la naissance d’un bébé. Par cette tribune, je vais mettre en lumière la pratique de l’examen physique, de l’injection de la vitamine K, de l’application d’une crème antibiotique dans les yeux (facultative) et de la prise de sang pour évaluer la jaunisse de chaque bébé.

Suite à sa naissance, le bébé aura un examen physique complet (auscultation coeur et poumon, hanche, la peau, les réflexes, l’état général) par le médecin dans les heures qui suivent la naissance mais, rien ne presse, si le bébé se porte bien. Aussi, l’infirmière le pèsera puis prendra la mesure de sa tête, de son tronc et de sa taille, toutes ces mesures étant consignées dans le carnet de vaccination que l’on vous remet à votre départ du centre hospitalier. Pour comprendre et voir d’avance ces interventions, vous pouvez avoir accès à la vidéo sur l’examen physique d’un bébé dans laquelle j’explique davantage en vous montrant des choses en même temps avec un vrai bébé.

Aussi, par mesure préventive, l’infirmière injectera, dans la cuisse de votre bébé, de la vitamine K, qui est un facteur de coagulation qui n’est pas encore présent dans le sang du bébé. Cette intervention a pour but d’empêcher les hémorragies chez l’enfant en attendant qu’il fabrique de lui-même cette composante du sang nécessaire.

L’infirmière appliquera aussi un onguent antibiotique dans les yeux de votre bébé pour prévenir l’infection qui pourrait suivre en regard d’une contamination possible dans le passage vaginal lors de sa naissance (ex : la chlamydia, la gono). Au Canada, cette intervention est recommandée mais reste facultative dépendant des routines de soins hospitalières.

Il faut aussi s’attendre à ce que votre bébé ait une prise de sang à son talon pour dépister rapidement, dans un premier temps, certaines maladies présentes dès la naissance mais que l’on ne peut voir comme, la phénylcétonurie (problème de la digestion normale), l’hypothyroidie congénitale (problème de fonctionnement d’hormone qui peut causer des retards de croissance ou des déficiences intellectuelles) et l’anémie falciforme (problème de déformation des globules rouges du sang). Ces prélèvements sont faits sur une base volontaire mais reste très encouragés puisqu’un traitement rapide pourrait être envisagé pour prévenir les conséquences graves et permanentes chez les bébés atteints. Un test urinaire sera aussi préconisé à 21 jours de vie chez l’enfant pour compléter le dépistage et le tout vous sera expliqué lors de votre départ de la maternité dans tous les hôpitaux du Québec.

Dans le dépistage sanguin du nouveau-né, l’on vérifiera aussi,  le taux de bilirubine (pigment jaune de la jaunisse du nouveau-né) avant son départ avec vous pour le retour à la maison. Le médecin prescrira la photothérapie seulement si le dosage de la bilirubine sanguine du bébé est trop élevé afin de favoriser son élimination plus rapidement et prévenir les problèmes neurologiques possibles dans pareille circonstance. Pour plus d’information sur ce dernier point, voir le billet, Votre bébé est bronzé?

La phénylcétonurie (PKU) est un trouble rare du métabolisme. C’est une problématique qui touche le foie du bébé par l’absence d’une enzyme qui agit sur la phénylalanine. La phénylalanine s’accumulera dans son sang et pourra traverser la barrière cérébrale et amener un retard mental au bébé. Le dépistage de ce trouble se fait de façon systématique pour tous les bébés dans les pays industrialisés. Le traitement demeure un régime strict pour contrôler le taux de phénylalanine dans l’organisme en tout temps.

À bientôt tout le monde,

Marie
La spécialiste des bébés

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu