Avez-vous pris connaissance de la première partie de ce billet, la dermatologie et bébé: cinq affections courantes de la peau?

Le naevus simplex, aussi connu sous le nom de » tache saumonée » est la lésion vasculaire (c’est-à-dire qui touche les vaisseaux sanguins) la plus commune chez le nourrisson, étant présent chez 30 à 40 % des bébés. Cette tache rouge aux contours irréguliers n’est souvent pas initialement remarquée quand le bébé a des cheveux.
Lorsque la coloration atteint le front, elle est décrite communément comme le « baisé de l’ange » et quand elle se remarque à la nuque postérieure, on la surnomme « la morsure de la cigogne ».
Même si parfois cette tache peut être impressionnante à voir, sachez qu’un naevus simplex est habituellement isolé et n’est nullement associé à des problématiques possibles chez le bébé. Vous n’avez pas à vous inquiéter à ce propos!

Pour encore plus d’information et de détails concernant les différentes taches sur la peau d’un bébé, comme la tache précédant l’hémangiome, la tache de vin et la mélanose dermique (tache mongoloïde), consultez les liens suivants :

Explications :

  • Le naevus simplex est une macule ou tache rouge qui est la résultante d’une malformation capillaire, autrement dit, une augmentation de petits vaisseaux sanguins superficiels à la peau.
  • Cette malformation capillaire est isolée, donc n’est pas en lien avec d’autres malformations chez le bébé.

Recommandations (s’il y a) :

  • 95 % des naevus simplex du visage diminuent dans les deux premières années de vie, donc il n’y a pas de traitement nécessaire.
  • Les naevus simplex de la nuque ont tendance à persister plus longtemps et même indéfiniment. Puisque les cheveux couvrent cette région, il n’y a pas d’inquiétude esthétique à y avoir.
  • Sachez que lors des périodes de crises ou autre effort physique, la coloration de la tache peut être accentuée, être plus foncée, puisque la circulation est activée en pareilles circonstances.

Le naevus simplex    Le naevus simplex

Sources des photo: dermnetnz.org

Poursuivez votre lecture de ce billet avec la dermatite séborrhéique.

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu