gtag('config', 'AW-970745833');

Assurez-vous d’avoir lu le billet précédent, Les causes des douleurs aux mamelons.

Il existe plusieurs trucs pratico‑pratiques pour aider les blessures aux mamelons et la douleur. Il ne suffit que d’identifier la cause et ensuite d’agir sur elle afin de corriger la problématique.

  • Si la position est rétablie, que la prise du sein semble meilleure et que ça semble suffisant, on peut vous suggérer de mettre une goutte de votre lait sur votre mamelon. Cela aidera à ramollir le mamelon ou la croûte s’il y a lieu. Si c’est sec et que le bébé prend le sein, ça peut faire encore plus mal. Aussi, quand le bébé est au sein, on peut vous encourager à faire des pressions ou des compressions sur votre sein pour aider à l’éjection du lait. Le bébé tétera moins vigoureusement et cela pourrait vous faire un peu moins mal.
  • Photo - allaitement avec une téterelle

    Bout de sein

    Le bout de sein aussi appelé aussi protège-mamelon et téterelle, n’est pas un traitement de première instance mais peut beaucoup aider lorsque la maman est trop souffrante.

    On l’utilise habituellement pour une maman avec un mamelon plat, blessé et aussi lorsque la mère a un réflexe d’éjection très très fort pour diminuer le jet en bouche du bébé.

    Récemment, j’ai même tenté l’expérience de l’usage d’un bout de sein avec une maman qui avait un gros mamelon et son bébé une petite bouche. Le bébé n’était pas capable de prendre le mamelon en entier, il prenait juste le bout. L’utilisation d’un bout de sein avec un embout pointu a réglé la situation en 2 minutes, ce que la maman tentait de faire depuis 3 semaines postnatal. Il ne faut pas hésiter, si on en arrive là, c’est parce qu’on a essayé et épuisé les autres solutions. On peut l’utiliser d’un seul côté si la problématique touche un mamelon seulement ou en alternance d’un sein à l’autre parfois aussi selon les situations. On peut aussi l’utiliser pour le début de boire seulement, lorsque la tétée est plus forte puis l’enlever pour la tétée directe sur le mamelon pour une meilleure stimulation de la lactation.

    Il faut acheter la bonne taille pour vos mamelons. C’est pourquoi je recommande de vous faire examiner par une personne compétente dans le domaine, afin que vous soyez bien conseillée. On mesure le diamètre à la base du mamelon et on ajoute 5 mm pour le confort.

    Le protège-mamelon peut se présenter en 3 grandeurs différentes (16‑20 ou 24 millimètres). Il faut surtout savoir comment l’installer et les précautions à prendre pour l’utiliser. Vous comprendrez que le bébé tète sur le bout de sein, ce qui soulage la mère, mais qui peut diminuer la stimulation des neurotransmetteurs qui se trouvent à l’origine du mamelon, sur l’aréole. Par conséquent, la production lactée pourrait diminuer, ce que l’on ne veut pas. Le silicone mince qui compose le protège-mamelon est toutefois aidant puisqu’il adhère bien au sein la plupart du temps. Si on utilise un protège-mamelon et qu’après 24 à 48 heures, la situation ne s’améliore pas, ce n’est peut‑être pas le bon traitement. Il faut revoir toute la problématique pour mieux intervenir.

    L’usage d’un bout de sein est habituellement temporaire et de courte durée. Quand on le suggère à une nouvelle maman pour une problématique particulière, le premier objectif à atteindre ensuite est de la retirer lorsque la situation s’est rétablie.

    Voyez cette vidéo où je vous explique en détail le bout de sein :

  • Image - compresse d'hydrogel

    Compresse d’hydrogel

    Il faut soulager et guérir les gerçures et les crevasses. Pour ce faire, on peut faire usage d’un « pad » d’hydrogel, qui est une compresse hydrophile stérile à base de polyuréthane. Beaucoup de pansements et de compresses sont faites de cette matière pour les brûlés mais on peut aussi les utiliser lors de blessures, de lésions aux mamelons. C’est un « pad » qui colle et qui ressemble à du caoutchouc. Quand on l’achète, il est important de le mettre au réfrigérateur. Il faut que la compresse soit froide. On l’entrepose au frigo et vous avez terminé d’allaiter, vous prenez la compresse et vous retirez la pellicule plastique. Vous collez la compresse directement sur le mamelon et vous mettez votre soutien gorge par‑dessus. L’utilisation du « pad » d’hydrogel permet de garder le milieu humide et de favoriser le processus de cicatrisation. D’autre part, le fait qu’elle soit froide soulage la mère après l’allaitement et empêche le frottement du vêtement ou de la brassière sur le mamelon endolori.

    Après utilisation, on le rince à l’eau claire du robinet, on le remet dans son enveloppe et ensuite au frigo. Il refroidit durant l’allaitement et lorsque la tétée est terminée, on le repositionne à nouveau sur le mamelon.

    S’il n’y a aucune aucune amélioration en 72 h, le traitement n’est pas adéquat et il faut faire un suivi sans tarder.

    Quelques précautions : ne jamais utiliser une compresse d’hydrogel lors d’une mycose (champignons). Quand on utilise la compresse, il ne faut pas appliquer de crème ou lait maternel en dessous. Si une mycose est présente, on va potentialiser la prolifération avec un milieu humide. Notez également que la durée du « pad » d’hydrogel est de 7 jours, après cela, il faut le jeter.

Il arrive parfois que, malgré toutes les techniques utilisées pour aider la maman et ses mamelons, cette dernière continue d’avoir mal et que l’on doive suspendre l’allaitement temporairement ou supplémenter le bébé.

Différentes techniques ou moyens sont possibles pour donner du lait maternel au bébé sans biberon, pour ne pas le confondre lors de la remise au sein par la suite. On va utiliser d’autres moyens comme :

  • Un petit récipient à médicament (cup) qu’on peut presser entre nos doigts pour lui donner un aspect plus aval, afin de pouvoir déverser tranquillement le liquide dans la bouche du bébé.
  • La cuillère, à mettre directement sur la lèvre inférieure du bébé pour lui donner du lait. D’autres accessoires qui ressemblent à une cuillère existent sur le marché pour aider la prise du lait par le bébé.
  • En dernier recours, on peut utiliser des dispositifs d’aide à l’allaitement avec une seringue et avec un petit tube lactaid. Selon les différents milieux et les équipes, l’utilisation du lactaid peut être proscrite puisque le débit arrive plus rapidement et il y a plus de risques d’étouffement chez le bébé. Pour stimuler la production de lait, on peut placer le petit tube directement sur le sein de la mère avec l’avis d’une professionnelle en allaitement. Lors de la prise, le tube est dans la bouche du bébé en même temps que le mamelon. Le bébé stimule donc la production tout en recevant son lait de la seringue ou du tube qui le contient.
  • On peut penser aux méthodes pharmacologiques bien sûr.

Si vous souhaitez connaitre les traitements pharmacologiques possibles, consultez la partie suivante, Les traitements pharmacologiques possibles pour les blessures aux mamelons.

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu