gtag('config', 'AW-970745833');

Accédez à la partie précédente, Immunité intestinale du bébé ou microbiote intestinal.

Mise à jour du billet : 17 juin 2020

Tout est question d’équilibre entre les bonnes et les moins bonnes bactéries. Cet équilibre est précaire et il est influencé en tout temps par divers éléments. Si le microbiote a été fragilisé par une infection, la prise d’antibiotique, une allergie ou diarrhée, la fonction de barrière immunitaire de l’intestin sera touchée, tandis que  les coliques, la constipation ou les régurgitations sont aussi associées à un problème de déséquilibre du microbiote, mais davantage associées à un trouble neurodéveloppemental (immaturité) qui sera plutôt en lien avec l’axe cerveau-intestin.

Chez un bébé avec un microbiote en bonne santé, il est prouvé qu’on observe moins d’épisodes de fièvre, de diarrhée, de coliques, de régurgitations, de rougeur aux fesses et par le fait même, moins de prise d’antibiotiques. À ne pas négliger non plus, moins d’obésité puisque le milieu intestinal réagit mieux face à l’absorption.

Les antibiotiques ne combattent pas seulement les mauvaises bactéries, qui développent une résistance lorsque les antibiotiques sont prescrits à répétition. Ils s’attaquent également aux bonnes bactéries en modifiant le milieu intestinal et le rendent par conséquent plus vulnérable aux infections. De plus, les antibiotiques n’agissent aucunement sur les virus.

L’impact de la prise d’antibiotiques à la période néonatale, même si de courte durée, montre de façon significative un affaiblissement du microbiote du bébé à 6 mois de vie.

Quand on parle des premiers 1000 jours de vie pour un nouveau-né, on parle de l’importance de la formation de son système intestinal, relié à la grande présence de cellules neurologiques. À 3 ans, l’enfant aura sa fonction intestinale mature donc, déjà construite au niveau immunitaire et inflammatoire, et ce, pour toute sa vie.

Quelle est la différence entre le microbiote intestinal et la flore intestinale?

Image - bonnes et mauvaises bactéries dans l'intestinPour la flore, elle joue un rôle digestif et immunitaire et elle est formée par toutes les bactéries qui tapissent le tube digestif du bébé. Pour sa part, le microbiote intestinal est précisément la défense de l’intestin.

Ce billet permettra de mieux comprendre cet aspect chez votre bébé. Comme parent, soyez conscient que vous devez agir selon la situation et faire de votre mieux pour prévenir les infections chez votre poupon. On ne contrôle pas tout et malgré toutes nos attentions à cet égard, bébé risque néanmoins de contracter des petites infections qui l’aideront avec le temps à s’immuniser davantage. En attendant, une alimentation adéquate, des habitudes de vie équilibrées entre la routine, le sommeil et les activités aideront à la prévention.

On pense également, que les probiotiques (bonnes bactéries) pourraient être aussi une alternative intéressante en prévention même chez les femmes enceintes pour celles qui ont une vulnérabilité d’allergies dans la famille au premier degré d’asthme, eczéma et allergie alimentaire. Nous savons également que le lait maternel contient naturellement les bonnes bactéries appellées les bifidobactéries, qui font partie des éléments qui procurent au lait maternel ses propriétés protectrices comme : créer une flore intestinale saine et équilibrée, faire augmenter les anticorps, préserver la santé de la paroi intestinale et repousser les bactéries nocives. Le lait maternel contient également maintes prébiotiques qui servent principalement de nourritures aux bonnes bactéries du microbiote intestinal de l’enfant comme par exemple les 150, 200 types d’oligosaccharides.

Pour le bébé, il semblerait, dans les dernières recherches en gastroenthérologie pédiatrique, que la prise de probiotiques (probiotique Bifidobacterium lactis ou B. lactis) pourrait améliorer l’eczéma et diminuer la durée d’un diarrhée infectieuse chez ce dernier. Même si les bifidobactéries sont reconnues par Santé Canada, il n’y a pas encore d’évidence que l’on doive suggérer l’ajout de probiotiques lors de l’allaitement maternel ou dans les préparations commerciales pour nourrissons ou en ajout à son alimentation puisque d’autres études sont nécessaires sur le sujet avant de conclure scientifiquement là-dessus mais les résultats jusqu’à présent sont plus que prometteurs. Il y a, à ce jour, deux probiotiques approuvés comme sécuritaires dès la naissance : Bifidobacteria pour renforcer le système immunitaire et les Lactobacilli, pour aider la vidange gastrique et les troubles gastro-intestinaux des jeunes enfants (colique, régurgitation, reflux).

En attendant, reste qu’il n’y a pas vraiment de contre-indication à la prise de probiotique. La résultante des essais cliniques semble plus positive que moins en regard des changements identifiés après usage, sauf peut-être si allergie à une composante de fabrication du probiotique en question. Donc, très peu de chance d’être dangereux.

Belle continuité les parents et à bientôt!

Marie
La spécialiste des bébés

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu