gtag('config', 'AW-970745833');

Mon nom est Maéva et je suis enceinte de 24 semaines. J’ai eu mon résultat d’échographie de 21 semaines et mon bébé est un peu petit pour l’âge de grossesse. Mon médecin traitant m’a dit que j’étais trop angoissée et que c’est pour cela que mon bébé était plus petit. J’étais tellement surprise de son commentaire que je n’ai pas été en mesure de demander pourquoi, et là, je me sens en colère face à son message et j’aimerais bien comprendre le fond de son histoire mais j’ai peur de me choquer après lui. Peux-tu m’aider? Merci d’avance, Maéva


Bonjour Maéva. Je comprends ta stupeur lors de ta conversation avec ton médecin et ce n’est pas pour mal faire, j’en suis sûre, qu’il t’a partagé son idée face à la petitesse de ton bébé.

Je ne pourrai pas t’expliquer le tout en fonction de ta situation personnelle, par manque de données, car ton médecin est bien mieux placé pour connaître toute ton histoire, tes antécédents de santé, etc. mais je pense que tu devrais lui demander quand même son explication sur sa remarque.

De mon côté, je peux te parler des effets potentiels de l’anxiété, de l’angoisse sur ta grossesse, ta santé à toi et le développement de ton bébé plus en général.

On sait que lors d’une tension importante, un stress il y a libération d’un certain nombre de neurotransmetteurs (catécholamine), d’hormones qui ont une action sur le corps d’une personne. La réponse à ce changement interne peut amener des réactions physiques, psychologiques, émotionnelles et même au niveau de la pensée d’intensité variable selon chaque personne.

Le cortisol par exemple est appelé l’hormone du stress et sa libération peut vraiment amener des effets positifs pour la personne (on dit des bons stress) mais de façon soutenue et en grande quantité, cela peut amener des effets plus négatifs. On remarque que chez les femmes enceintes qui vivent avec des troubles anxieux, il y a plus de cortisol en circulation et cette hormone traverse, entre 10 à 20 %, le placenta vers le bébé. L’effet du cortisol peut avoir un impact sur le rythme cardiaque, elle peut diminuer le diamètre des vaisseaux sanguins (vasoconstriction) provoquant une diminution d’alimentation et oxygénation du bébé d’où certains retards possibles face à son développement physique et cérébral.

C’est probablement, du moins en partie, ce à quoi ton médecin faisait référence dans son commentaire.

Pour la femme enceinte très anxieuse, on remarque qu’il y a plus d’issues négatives durant la grossesse, plus de complications possibles et au final, une expérience plus négative. La femme a souvent moins confiance en ses capacités, moins de passe-temps, moins satisfaite de son réseau social et plus à risque de détresse émotionnelle en pré et postnatale.

J’espère que cela t’aide un peu à mieux à comprendre, mais encore une fois, ma réponse est générale et non spécifique à ta situation. Je t’invite vraiment à ouvrir la discussion avec ton intervenant et surtout, porte-toi bien chère maman.

Marie

La spécialiste des bébés

Ce billet est également disponible en: English

4 Commentaires. Leave new

  • super à vous, merci du commentaire!

    C’est bien de partager des vécus entre mères (parents) et d’avoir de la sollicitude les uns pour les autres…..

    Grâce à votre expérience passée, vous êtes sensibles à d’autres parents qui passent par des situations un peu similaires….

    Il est vrai également qu’un petit bébé a souvent très froid car il a peu de gras pour se réchauffer, votre idée de vérifier la température ambiante et lors du déshabillage, du changement de couches et de s’assurer de la chaleur peut effectivement aider, en tout cas, peut contribuer à améliorer les choses, on perd rien à essayer!

    merci
    Marie

  • Bonjour chère maman anonyme,
    J’ai lu votre commentaire et je tenais à vous partager ceci. Je suis maman de 2 petites puces de 5 ans et 18 mois. Je ne fais pas de gros bébés naturellement, sans aucune cause précise. Elles sont justes petites. Ma grande, elle est arrivée à 36 semaines et 2 jours, par césarienne d’urgence, car il y a eu un problème intra-utérin qui lui a causé un retard de croissance et elle était très faible. Si on avait réagi un peu plus tard, on l’aurait probablement perdue… Elle a fait un séjour en néo avec plein de test, ce qui me fait pensé un peu à votre puce. Elle pesait 4 lbs et 13 onces. Elle a bien récupéré et nous sommes rentrés à la maison. Elle hurlait beaucoup aussi aux changements de couche. Et ma 2e, un petite puce à terme, en pleine santé de 5 lbs et 11, et c’était le même phénomène pour les couches… Le constat, les petits bébés sont frileux! pour vrai! C’est certain que la vôtre a vécu des émotions fortes depuis son arrivée, mais les bébés ont une force impressionnante. Assurez-vous de son confort et vous aller peut-être voir une différence dans ses pleurs. Une pièce bien chauffée pour le changement de couche, débarbouillette chaude au lieu des lingettes humides et froides et lors du bain (qui, en passant, est l’enfer les premiers mois) une eau tiède chaude, pas juste tiède et recouvrez la d’une serviette à main! Prenez un jour à la fois et ces moins bons moments seront rapidement derrière vous. Une maman qui compatit avec vous xx

  • Chère maman,

    Que de difficultés vous avez vécu!!! tout cela pour une seule femme et un seul bébé c’est impensable….

    Je comprends votre angoisse, votre tristesse et aussi les deuils que vous avez à vivre encore aujourd’hui. Il est clair pour moi que le petit poids de votre bébé n’est pas l’affaire seulement de l’angoisse que vous avez eu durant la grossesse ni parce que vous pleurez mais bien, d’une conjoncture de plusieurs facteurs qui mis ensemble ont grandement influencé le développement du bébé et sa résistance aussi même après l’accouchement. Vous avez vécu plusieurs stress comme femme, comme maman mais elle aussi comme bébé. Ne vous culpabilisez pas de la situation, je suis certaine que vous avez fait de votre mieux dans les circonstances mais l’important c’est que vous et votre bébé repreniez du mieux pour pouvoir tourner cette page de vie plus difficile et regarder vers en avant.

    Je sens beaucoup de détresse dans vos propos, je sens beaucoup d’amour pour votre bébé mais je pense très important que vous puissiez bénéficier d’un bon réseau de soutien autour de vous pour apaiser un peu les contre-coups de toute votre aventure. Il va de soit que la situation prendra quelques temps pour se stabiliser plus concrètement et votre état physique et psychologique doivent être suivi lors de vos rencontres avec les professionnels. Il faut partager votre vécu, demander les ressources communautaires disponibles dans votre environnement, là ou vous habitez qui pourraient aussi vous venir en aide. Parfois il faut demander pour avoir ce qu’il nous faut, n’est-ce pas? N’oubliez pas, s’occuper de vous s’est s’occupée de votre bébé et de toute votre famille et prévenir la dépression périnatale.

    Partagez votre ressentis avec votre médecin ou autre intervenant c’est important pour vous offrir le soutien approprié.

    merci de votre commentaire et surtout, portez-vous mieux
    Marie

  • Anonyme svp
    08/01/2017 5:04 pm

    Bonjour,
    Ma grossesse fut difficile. J’étais suivi en grossesse à risque. Je fais des tromboses veineuses et des embolie à répétition donc suivi Pour moi Mais aussi Pour bebe qui a un sequestre au poumon et dilatation des Deux bassinets. Retard de croissance, détresse cardiaque j’ai eu mainte et mainte fois peur de la perdre. Chaque jour j’ai pleuré. Chaque examen bi-mensuel, j’ai fais une crise d’angoisse. Mes beaux parents habitent avec nous et mes deux ados … il y a bcp de tension dans notre maison. Chaque jour j’ai pleuré. Ma fille est née à 5lbs et 3 oz. Jaunisse, infection urinaire et E.coli Pour elle. Endométrite et vaginose bactérienne pour moi. Hôpital pendant 16 jours. Chaque jour j’ai pleuré. Nous sommes rentrés à la maison avec bcp de séquelles. Perte de poids qu’il faut vite reprendre, antibiotiques qui flingue la flore intestinale, bebe pleure de peur à chaque changement de couche du au cultures d’urine, quand je lui enlève ses bas à cause des prises de glycémie et de sang, touche pas les mains du aux voies veineuses et je parle pas de la tete ! Elle hurle à devenir bleus, je pleure. J’ai dû cesser mon allaitement du au antibio et elle me réclame le sein. C’est à crever le coeur. Oui madame, le stress fais de petits bébés. Elle n’est pas petite du à ses problèmes de santé mais bien parce que … maman pleure.

    Une maman qui l’aime plus que sa propre vie ….

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu