Vous attendez un bébé sous peu? Vous avez entendu parler ou pas du dépistage de la surdité chez les nouveau-nés? Voilà un billet à lire absolument pour bien vous informer sur le dépistage de la surdité chez le nouveau-né au Québec.

Le programme de dépistage de la surdité chez le nouveau-né admissible à l’assurance maladie du Québec, est en place depuis 2008. Sainte-Justine a été l’hôpital qui a été désigné comme “centre pilote” pour mettre de l’avant le programme avant le déploiement dans toute la province. Même si ce déploiement accuse des retards dans la programmation officielle, il semble qu’actuellement, les formations se multiplient et le personnel est formé dans plusieurs autres centres pour l’implantation de l’offre de service du dépistage. L’objectif est de l’offrir dans les 67 centres accoucheurs et les maisons des naissances pour arriver à une offre universelle en province pour tous les nouveau-nés, nonobstant la maladie et/ou les facteurs de risques identifiés.

Statistiques de surdité chez les nouveau-nés

D’après les données de la santé publique, on parle de 4 à 6 bébés sur 1 000 naissances qui présenteront une problématique reliée à leur audition. Au Québec, un bébé sur 1 000 serait atteint d’une surdité permanente et 90% des cas dépistés avec un trouble auditif n’aurait pas d’antécédents familiaux.

Compte tenu que les troubles auditifs ne peuvent se dépister à soleil nu à la naissance et que c’est pas du tout évident à déceler, à diagnostiquer en très jeune âge, il est impératif que le dépistage soit fait à tous les nouveau-nés de façon systématique, y compris pour ceux en bonne santé et sans facteur de risque.

Types de surdité

Il y a différents types de surdité que l’on peut dépister. Ce qui est sûr, c’est que plus le trouble auditif est important, plus il y a des impacts à venir pour le développement du bébé.

Quatre types de surdité :

  1. Surdité néonatale : surdité présente à la naissance
  2. Surdité neurosensorielle: cette surdité peut toucher soit le nerf auditif, l’oreille interne et son fonctionnement ou le cerveau lui-même avec la portion qui s’occupe de l’interprétation de l’audition appelée le cortex auditif.
  3. Surdité de transmission: qui fait référence à un trouble de conduction dans l’oreille moyenne et externe qui empêche les sons de suivre le chemin attendu dans un bon fonctionnement.
  4. Surdité appelée “mixte” qui est un mélange de différentes problématiques du système auditif.

Pourquoi un dépistage de la surdité?

Photo Woodypino

Pourquoi faire un dépistage de la surdité pour les nouveau-nés?

La réponse est très simple car plus vite on le sait, plus vite on peut intervenir et limiter au maximum les impacts négatifs dans le développement général des enfants atteints.

Les enfants qui sont dépistés avec un problème d’audition auront un grand avantage à recevoir rapidement les soins et services selon leur situation, pour assurer leur qualité de vie en améliorant leurs apprentissages de façon significative, à tous les points de vue.

Selon le protocole qui encadre le programme de dépistage de la surdité du Québec, on vise à faire passer les tests aux nouveau-nés avant l’âge de 1 mois et ce, toujours avec l’âge corrigé si l’enfant est né prématurément. Dès le séjour à la maternité c’est l’idéal, mais jamais dans les premières 24 heures de vie puisque le bébé peut avoir encore du liquide et débris dans des voies auditives, qui peuvent biaiser les résultats obtenus. Il se peut aussi que les résultats obtenus au premier test montrent des données incomplètes. Dans ce cas, on tente de refaire le test avant le congé de la maternité. Si le congé se fait trop rapidement pour la famille, un rendez-vous sera donné aux parents, en externe, dans un centre de dépistage identifié, pour refaire les tests dans le premier mois de vie du bébé. Soyez rassuré, même si on doit reprendre certains tests, cela ne veut pas dire que les résultats seront négatifs pour autant!

Le dépistage se fait toujours avec le consentement libre et éclairé des parents. Un formulaire doit être signé après avoir reçu les informations en lien avec le programme, pour avoir l’autorisation de procéder au dépistage proprement dit.

Avantages d’un dépistage précoce de la surdité pour le bébé

Il y a plusieurs avantages à connaître rapidement l’état du l’audition d’un enfant. Voici quelques raisons toutes simples qui justifient grandement le dépistage :

  • Établir le diagnostic rapidement. En faisant les tests dès la maternité ou dans le premier mois de vie, on peut référer certains bébés qui auront obtenu des résultats douteux à d’autres examens complémentaires. Tous seront faits avant l’âge de 3 mois habituellement et le diagnostic sera alors posé.
  • Un plan d’intervention précoce, efficace et adapté, peut permettre à l’enfant d’être pris en charge par le réseau de la santé avec des spécialistes pour minimiser l’impact de la problématique auditive diagnostiquée chez lui. Audiologiste, orthophoniste, médecin ORL, médecin de famille, infirmière, audioprothésiste etc..
  • Un appareillage adapté peut être nécessaire à un certain moment en réadaptation et tout sera prévu dans le plan d’intervention, au bon moment avec le bon appareil avec un suivi.
  • Une stimulation précoce du langage sera mise de l’avant pour maximiser le développement cognitif du bébé à ce niveau puisque le langage est grandement influencé par la capacité à entendre.
  • Des interventions de renforcement pour les apprentissages scolaires comme la lecture, l’écriture seront aussi prévues au moment propice. Avantages plus à moyen et long terme mais tout aussi important pour favoriser la réussite et la diplomation.
  • S’assurer de l’inclusion sociale pour son développement en communauté, pour stimuler la communication avec autrui et établir des relations avec les gens qui l’entourent. Cela aidera son entrée dans le marché du travail par la suite.

Tests effectués dans le cadre du dépistage de la surdité chez les nouveau-nés au Québec

Le programme de dépistage de la surdité chez le nouveau-né du Québec préconise deux tests spécifiques possibles dans une première étape. Ces tests sont le plus souvent effectués par une infirmière de la maternité ou de la néonatalogie, qui a reçu la formation et l’habilitation au préalable.

  1. Le test d’émissions otoacoustiques, aussi reconnu par l’acronyme suivant: EOA-A. Pour un bébé né à terme, en santé et sans facteurs de risques apparents, c’est le premier test que l’on fait passer au nouveau-né et ce, à ses deux oreilles. Si le résultat est positif, cela veut dire que tout est parfait et le dépistage se termine ici. Si le résultat obtenu reste incomplet, une reprise de ce même test sera prévue comme deuxième essai dans un court délai, idéalement, avant le congé de la maternité pour éviter de faire revenir la famille. Après ce deuxième essai, si les résultats sont positifs, le dépistage cesse au même moment. Si les résultats restent encore anormaux ou douteux, nébuleux, il y aura alors l’indication de faire le deuxième test, celui du potentiel évoqué.
  2. Le test automatisé du potentiel évoqué auditif du tronc cérébral appelé aussi le : Peatc-A. Pour le bébé né à terme, en bonne santé qui ne présente pas de facteur de risque et qui a des résultats qui restent douteux ou incomplets au test d’émissions otoacoustiques (EOA-A), soit le premier test passé, il devra subir le test du Peatc-A qui est plus spécifique, afin de poser un diagnostic et offrir le suivi en conséquence selon les résultats obtenus. Habituellement, il y a environ 14 jours qui séparent les deux tests et on fait le Peatc-A à une ou aux deux oreilles selon les résultats obtenus précédemment.

Pour un nouveau-né qui présente des facteurs de risques à une problématique de surdité (voir ci-après l’énumération), le programme de dépistage prévoit une procédure différente. Pour ces bébés spécifiquement, on va passer au test du Peatc-A d’emblée, comme premier test à faire suite à sa naissance. Si les résultats sont bons, super, et puisque le bébé est à risque, il sera sous surveillance pour quelques mois habituellement par un audiologiste, avec quelques tests de suivi dans la première année de vie (soit 8 et 10 mois le plus souvent). Si toutefois, les résultats obtenus suite au dépistage postnatal avec le test du potentiel évoqué restent incomplets, les parents seront alors invités à revenir avec leur enfant pour passer à nouveau le test Peatc-A pour une deuxième fois. Si les données obtenues au final de la reprise restent aberrantes, une référence sera faite auprès d’un spécialiste pour confirmer le diagnostic et un suivi sera mis en place selon la problématique identifiée.

Ces deux tests envoient de brèves stimulations sonores régulières et de faibles intensités à l’aide d’un écouteur, placé directement dans le canal auditif du bébé, et on enregistre les réponses physiologiques que l’on s’attend dans une situation normale chez un nouveau-né. En fait, quand les sons qu’on envoie arrivent aux cellules responsables de capter ces sons, ces dernières doivent se contractent par la suite et renvoyer une sorte d’écho à l’appareil et c’est cela que l’on mesure pour voir si la réaction physiologique de l’enfant répond à la stimulation de façon attendue.

Ces tests sont sans douleur pour le bébé, sans aucun risque pour lui et s’effectuent durant son sommeil lorsqu’il est calme. On enregistre alors les réactions aux stimulations envoyées à son insu.

Si un bébé est né prématuré ou qu’il est à risque de présenter un trouble d’audition, le test du potentiel évoqué sera privilégié à ce moment dès le départ d’emblé car plus précis pour mieux évaluer la condition de l’enfant.

Facteurs de risques de surdité chez le nouveau-né

Même si le programme de dépistage de la surdité s’adresse à tous les nouveau-nés, il apparaît que certains d’entre eux sont plus à risque de présenter des troubles de l’audition et une surdité.

Je vous en nomme quelques uns ici pour vous éclairer :

  • Certaines infections contractées durant la grossesse chez la future mère, comme, la toxoplasmose, la rubéole et le cytomégalovirus (CMV). Ces infections peuvent être transmises in utero au bébé et provoquer chez lui une atteinte du centre auditif ou provoquer des malformations du système auditif.
  • Certaines infections contractées chez le bébé à la période néonatale, comme, la méningite par exemple.
  • Des bébés nés avec une grande et très grande prématurité en soins intensifs peuvent être plus à risque de problème d’audition et de surdité vu leur grande immaturité.
  • Une histoire familiale de surdité.
  • Un syndrome pouvant toucher l’audition comme répercussion.

Comme vous pouvez le constater, le protocole du dépistage de la surdité chez les nouveau-nés peut permettre de changer la vie d’un bébé qui serait atteint d’une problématique dans ce système. Connaître de façon précoce la condition d’un bébé au niveau de son audition peut engendrer une réponse et une prise en charge du réseau de la santé très rapidement. On veut toujours maximiser le potentiel de notre enfant comme parent et ces tests peuvent y contribuer.

Si vous avez des questions concernant votre hérédité ou des éléments qui pourraient vous inquiéter face à un problème de surdité pour votre bébé à venir, n’hésitez pas à demander à votre médecin d’évaluer le tout avec vous. Et, même si le dépistage n’est pas encore offert dans le centre où vous allez accoucher, le médecin pourra prévoir néanmoins un dépistage de la surdité dans un centre externe de confirmation du diagnostic.

En espérant, encore une fois, que ces informations aident à votre connaissance et à votre préparation de l’arrivée de votre poupon.

Pour compléter vos connaissances sur ce sujet, lisez aussi ces billets :

On se dit à bientôt,

Marie
La spécialiste des bébés

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu