Je suis Rosie et je viens d’avoir mon premier bébé qui a maintenant 3 semaines de vie. Ma marraine d’allaitement m’a parlé hier de la production de lait maternel endocrine et autocrine à venir, mais j’avoue que je n’ai pas trop compris la différence. Est-ce que tu pourrais me réexpliquer Marie ce qu’on entend par ces deux termes stp? Merci pour tout, Rosie


 

Avec plaisir, Rosie.

En fait, ces deux termes ne font pas partie du vocabulaire commun utilisé avec les nouvelles mamans, mais au niveau de la connaissance plus métabolique du phénomène de l’allaitement, on retrouve ces deux termes. Que veulent-ils bien dire?

La production endocrine

Pour faire simple Rosie, ce qu’il faut retenir c’est que lorsqu’une maman accouche comme toi récemment, le décollement du placenta va envoyer un message au cerveau (hypophyse) de la mère comme quoi le bébé est né et maintenant il est temps de le nourrir, et ce, pour tous les mammifères. Ce mécanisme hormonal automatique est comme un agent biochimique qui, via la circulation sanguine, informe et provoque des réactions de certains organes du corps humain pour remplir une fonction spécifique.

C’est ce qu’on appelle une fonction endocrine, puisque le résultat attendu provient d’une stimulation hormonale à la base.

La production autocrine

Lorsqu’on parle de l’allaitement maternel, on sait qu’après la naissance, la teneur en progestérone (hormone de grossesse) va diminuer en flèche, tandis que la prolactine (hormone de la lactogénèse) va pour sa part augmenter de façon très significative. Finalement, la mission de l’hormone prolactine sera de déclencher et maintenir le processus de la production de lait maternel pour que la mère puisse nourrir son petit rapidement. La nouvelle mère verra un effet rebond, l’écoulement de son colostrum au départ, puis le lait de transition ensuite avec l’engorgement pour arriver à son lait plus mature après environ 10 jours.

On sait que la prolactine va par la suite diminuer graduellement après quelques semaines postnatales (6 à 8 semaines) puisque la glande mammaire va de plus en plus répondre aux stimulations répétées de la part du bébé lui-même lors des tétées, plutôt qu’à sa présence.

C’est là qu’on dira que l’allaitement est passé du contrôle hormonal endocrine en mode autocrine, c’est-à-dire sous le contrôle des neurotransmetteurs que le bébé stimule à la base du mamelon lors de chaque tétée. À partir de ce moment, la production de lait maternel sera en lien direct avec la demande du bébé.

On peut donc dire que la production de lait maternel autocrine relève davantage de la réponse à la tétée du bébé: s’il prend bien le sein, s’il boit plus de lait, s’il draine bien les alvéoles de lait et boit fréquemment, la glande mammaire va continuer de produire en conséquence et non plus en réaction à la prolactine très présente suite à la naissance.

Ce changement métabolique n’est pas étranger au fait que plusieurs mères allaitantes pensent après 2 mois, voir leur production diminuer lors de ce passage. Elle doute pouvoir satisfaire leur bébé puisque leurs seins ne sont plus aussi lourds et gros qu’avant. Avec une bonne pratique de l’allaitement, la glande mammaire va produire à la demande du bébé pour répondre à tous ses besoins.

Rosie, j’espère qu’avec ces explications, tu comprends plus la différence entre la production de lait endocrine et autocrine.

Si tu as besoin d’autres informations, n’oublie pas que je t’attends sur mon site: mariefortier.com.

Marie

 

Sur le même sujet, je vous invite à lire ces billets:

Et consulter ces vidées:

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu