Pour lire l’article précédent : Qu’est-ce qui motive la décision d’être une mère en solo?

La grande majorité des femmes qui décident d’être mère en solo choisiront les banques de sperme avec des donneurs connus ou inconnus, anonymes, mais qui pour certains peuvent avoir une identité ouverte. Ce qui veut dire que l’enfant aura la possibilité, plus tard dans sa vie, de connaître son géniteur. Il pourra alors mieux connaître son origine, son histoire s’il en manifestait le besoin à un moment donné.

Certaines mamans disent avoir des photos du donneur, leurs antécédents personnels et familiaux, des caractéristiques s’y rapportant, un dossier complet de plusieurs dizaines de pages révélant maints détails de sa personne qu’elles pourront remettre à leur enfant un jour s’il le souhaite.

Plus rarement, certaines femmes opteront plutôt pour une insémination artisanale avec le sperme frais d’un donneur connu. En procédant de cette façon, cela peut permettre de rencontrer le donneur, de discuter ensemble et de rendre l’expérience plus humaine, plus intime et moins coûteuse à la fois.

Vision du rôle de parent

Elles le savent, elles ne seront jamais une mère et un père à la fois pour leur enfant. Mais, elles feront en sorte d’être la meilleure mère possible pour lui. En s’assurant par exemple d’avoir de bonnes personnes autour, des visages masculins pour combler cette image absente au quotidien.

Le fait d’être seule à vivre une grossesse, à mettre au monde son bébé et à l’élever par la suite est souvent source de questionnements et d’inquiétudes. Mais qui n’en a pas en devenant parent? Le réseau soutenant permet de se sentir moins seule du fait qu’il nous entoure pour traverser ces différentes étapes.

Reste qu’avec le temps, plusieurs mères en solo diront qu’elles ont trouvé certaines périodes plus difficiles que d’autres à passer au travers. Mais il reste qu’elles sont moins difficiles que de s’imaginer sans enfant. Elles parlent de la charge mentale, psychologique d’être le seul parent responsable. D’être aussi le seul modèle d’autorité à la maison auprès d’un enfant qui est longtemps complètement dépendant. C’est un rôle exigeant mais rien qui n’est pas insurmontable!

Il faut être organisée, responsable, patiente et vivre au jour le jour. Être dans le présent en tentant de lâcher prise, comme le disent si bien plusieurs mères interviewées. Il faut garder la foi en ses capacités d’être mère et en l’amour que chacune a à donner à sa progéniture.

Plusieurs verbalisent certaines craintes dans leur histoire qui peuvent varier à travers le temps tel que:

  • l’enfant plus tard comprenne tout l’amour qu’il y avait derrière la démarche de devenir mère en solo. Qu’il ou elle accepte le fait de ne pas avoir de père
  • l’enfant manque de modèles ou de visages masculins
  • l’enfant sache à quel point il était désiré, attendu, rêvé
  • ne pas être à la hauteur
  • de subvenir à ses besoins à travers le temps
  • le jugement des autres sur mes choix de vie
  • la peur de la solitude
  • la perspective qu’un jour on ne soit plus de ce monde et que notre enfant deviendra orphelin tout d’un coup, c’est angoissant

Pour lire la suite sur le sujet : Mère en solo : Qu’est-ce qui a été le plus difficile et le plus aidant dans toute la démarche?

Publicité Medela - Calma Freestyle MyMedela Un trio gagnant. Télécharger MyMedela en français gratuitement! En savoir plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu