Pour lire l’article précédent sur le sujet : Qui sont ces mères en solo?

Il peut y avoir toutes sortes de raisons qui se cachent derrière la décision d’avoir un enfant seule.

Lorsqu’on leur pose la question sur leur motivation, certaines nous répondent qu’elles ont toujours su qu’elle serait mère un jour dans leur vie. Que leur désir de maternité est tel, que la démarche pour enfanter vient de soi, c’est viscéral.

D’autres décriront leur ressenti en disant que c’est un grand rêve depuis toujours. Qu’elles veulent vivre cette expérience qu’on dit indescriptible, qu’elles ont beaucoup d’amour à donner et à partager. Qu’elles adorent les enfants et qu’elles veulent profiter de la vie en famille.

La révélation

Ces femmes disent avoir eu, à un moment donné, un “ flash”, une “révélation”, un “coup de fouet” qui les a ébranlées. Qui les a aussi amenés à penser autrement le reste de leur vie. Suite à une remise en question sur leur choix de vie, des déceptions amoureuses répétées, une rencontre significative avec une mère en solo, un arrêt de travail pour une détresse psychologique, une personne significative dans leur entourage qui est décédée et qui a réveillé en elles le désir de réaliser ses rêves tant qu’il en est encore temps.

Chaque femme a son histoire, son parcours de vie et ses motivations profondes. Chose certaine, être mère était une priorité dans leur vie.

Prise de décision

À travers le processus décisionnel du devenir mère en solo, il va sans dire qu’une démarche préparatoire est souhaitable. Bien sûr pour ne pas escamoter certaines étapes nécessaires à bien évaluer l’ensemble de la situation.

Tout commence avec un rêve de longue date puis une réflexion approfondie sur le comment réaliser ce vœu.

Plusieurs disent:

  • avoir mis au courant leur famille, leurs amis (es) du projet possible à venir. Non pas pour avoir leur aval nécessairement, mais bien pour les aviser avant qu’ils ne l’apprennent par personnes interposées. Certaines étaient curieuses de voir l’ouverture sur l’idée, voir leur réaction. De valider aussi certaines choses comme leur présence, leur support, leur aide tangible à venir auprès d’elle et de l’enfant potentiel.
  • avoir échangé avec des personnes qui ont vécu cette expérience afin de mieux connaître leur histoire et se laisser inspirer.
  • avoir cherché aussi sur internet des informations sur les offres de services de différentes cliniques de fertilité et sur le fonctionnement des banques de donneurs de sperme.
  • avoir revu leur finance, puisque les coûts engendrés par une telle démarche demandent nécessairement qu’on y réfléchisse au préalable. Les frais encourus font partie intégrante de la réalité. Mettre ce projet de l’avant demande des sous. Il faut penser à l’aspect pécuniaire à court, mais aussi à long terme, compte tenu qu’un parent seulement devra tout assumer. Pour l’insémination par exemple, le coût des produits, des interventions, du temps manqué au travail lors des différentes étapes, tout cela a un signe de $ au final. Pas besoin de spécifier que l’arrivée d’un enfant occasionnera des dépenses à venir de toute évidence, et ce, tout au long de la vie.
  • avoir rencontré leur médecin de famille pour s’assurer de leur santé au point de départ. Parler de leur projet, voir leurs recommandations et accueillir les références de ce dernier au besoin.
  • avoir consulté un psychologue ou une psychothérapeute ou quelqu’un en travail social. Comme l’exige la majorité des cliniques de fertilité pour aider la prise de décision finale avant d’entreprendre les procédures proprement dites.

Prendre le temps de réfléchir

Les femmes consultées pour documenter ce billet révèlent que même si elles y pensaient depuis bon nombre d’années. Elles auraient pris, le plus souvent, entre 6 mois et 3 ans pour réfléchir et débuter des procédures.

Pour continuer votre lecture : Qui sont ces géniteurs?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu