Pour approfondir vos connaissances sur la physiologie, voir le précédent billet : La physiologie de la grossesse et de l’accouchement

L’importance de la respiration durant la grossesse, le travail et l’accouchement est sans conteste.

Photo - Femme enceinte qui se relaxe dans une piscine - billet La physiologie de la grossesse et de l'accouchementLa respiration, on le sait, est vitale. Selon Mme de Gasquet, la respiration est la clé de la détente. Ceci dit, vous ne serez pas surpris que je vous parle davantage de la respiration durant la grossesse, le travail et l’accouchement. Prendre l’habitude de bien respirer durant la grossesse reviendra naturellement pendant l’accouchement.

Ce que l’on montre habituellement comme types de respirations dans la préparation prénatale est complètement remis en question dans les propos de Dr de Gasquet.

Effectivement, elle vient changer la norme, vient suggérer d’autres alternatives qui s’appuient sur des évidences, des expérimentations terrain qu’elle a mises de l’avant au fil du temps. Pour elle, bien respirer, bien se positionner et se détendre le plus possible en diminuant la pression sur le périnée sont vraiment les actions à privilégier durant le travail et l’accouchement. La respiration dépend de la posture et la posture permet la détente. Tous ces éléments sont très intimement reliés, l’un ne va pas sans l’autre et ils doivent être pris en compte globalement afin d’apporter l’aide, le soutien adéquat à la femme enceinte et accouchante.

En premier, il faut apprendre à expirer et l’inspiration se fera naturellement par la suite. En expirant en premier, le ventre va rentrer vers l’intérieur et pousser le bébé vers le haut en même temps et ça lui donnera de la place et aidera l’entrée d’air ensuite.

Il faut éviter la position assise puisqu’elle bloque la circulation et contraint de façon majeure le ventre et son contenu. Le bébé grandissant pousse l’utérus vers le haut du corps et il faut lui faire de la place. Pour ce faire, il faut s’étirer afin de libérer la pression faite sur le muscle du diaphragme et lui redonner une plus grande amplitude. La femme peut s’étirer en s’accrochant à une barre quelconque, au cou de son amoureux, au dossier d’une chaise par exemple.

L’étirement permet aussi de maintenir l’élasticité des muscles et d’assouplir le corps. Il permet aussi la détente et peut même soulager à bien des égards des symptômes de grossesse plutôt désagréables. Si on parle de suspension, on peut dire qu’elle permettra d’étirer le dos et décharger en même temps le périnée et les abdominaux à soutenir le poids du ventre.

Quelle que soit la position de la mère durant le travail et l’accouchement, elle doit permettre l’étirement de la colonne, la bonne respiration, plus précisément, l’expiration et la détente du périnée. La détente ne vient pas à la demande, elle ne s’impose pas, c’est un état d’être. Aussi, pour favoriser la détente, il faut enlever des tensions que l’on ressent et il faut s’entraîner pour se détendre. Le fait de bien se positionner favorise la bonne respiration qui à son tour aidera la détente et le ventre à se relâcher. La femme en travail doit suivre son corps et se laisser aller à cette force qui s’exerce en elle, suivre son instinct. Quand une femme garde sa liberté de mouvement avec une position d’accouchement qui lui convient, il y a une diminution du temps de travail total, une diminution du temps de poussée, moins d’anti‑douleur, moins de césarienne et moins de forceps‑ventouse et le cœur du bébé ne s’en porte que mieux.

Comme vous pouvez le constater, la vision de cette dame est révolutionnaire dans le sens où elle remet la table sur un ensemble d’interventions pratiquées de façon plus traditionnelles qui auraient bien avantage à être revues. Revoir à la base toute la mécanique mise en cause durant la grossesse et l’accouchement. Elle ne prône pas la non intervention à tout prix mais, elle revendique que la nature et la femme aient aussi des droits et des capacités souvent ignorées dans les maternités encore aujourd’hui.

La femme sait! Écoutons‑la. Laissez la femme guider ses positions. Certes, proposons des positions en essai, au besoin, pour mieux la détendre, mais toujours dans le respect de son confort et de ses sentis.

À retenir! La respiration dépend de la position et la position aide la détente. Plus on est détendue et étirée comme femme enceinte ou en travail, plus le bébé a de la place à s’aligner correctement ou peut corriger sa position dans le bassin de sa mère. Un bon positionnement va ensuite permettre la descente du bébé plus efficacement et la naissance, sans pour autant à avoir à pousser sur le périnée et provoquer des lésions.

J’espère que ces propos auront su vous toucher et vous informer afin d’entrevoir différemment votre préparation à ce que vous souhaitez vivre lors de votre grossesse et accouchement. C’est une vision qui mérite qu’on s’y arrête et si cela a suscité chez vous une réflexion, tant mieux. Soyez en confiance avec vous‑même et tentez d’appliquer, dès la grossesse, certaines suggestions de Mme de Gasquet. Cela ne peut que vous aider. Et pourquoi pas?

À bientôt et je vous attends au billet suivant portant sur le périnée aussi important dans votre préparation à l’accouchement.

Marie
La spécialiste des bébés

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu