Le syndrome pieds-mains-bouche

Postnatal

Le syndrome pieds-mains-bouche est une infection virale que l’on qualifie de bénigne la plupart du temps. Elle atteint davantage les jeunes enfants entre 6 mois et 4 ans, mais peut toucher tout le monde, peu importe la tranche d’âge. Les nouveau-nés peuvent aussi en être touchés, mais celle-ci reste habituellement sans conséquence.

Comment reconnaître cette infection?

L’infection pieds-mains-bouche se remarque par la présence de petites vésicules ou papules (poches de liquide) à la fois dans la bouche, la paume des mains et la plante des pieds, d’où son appellation. Plus rarement, le fessier peut aussi être atteint.

On note souvent une recrudescence de cette infection à la période automnale.

Comment se transmet cette infection?

L’infection pieds-mains-bouche est contagieuse et se transmet par contact direct via les mains, les aliments consommés ou des objets infectés. Le virus pénètre par la bouche, la gorge puis descend ensuite dans le tube digestif.

La contamination se fait principalement via la salive, le liquide présent dans les vésicules lorsqu’elles se rompent, les sécrétions nasales (nez qui coule) ou les selles des jeunes enfants. Il est très important de noter que l’enfant peut être contagieux avant même l’apparition des vésicules visibles sur son corps, et rester possiblement contagieux plusieurs semaines durant via ses selles.

On peut dire que la population générale adulte est, pour la plupart du temps, déjà immunisée, donc peu propice à être contaminée de nouveau. Toutefois, même si l’on est immunisé, cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas être infecté à nouveau dans notre vie, en considérant les nombreux virus qui peuvent être à l’origine de ce syndrome et donner des signes cliniques comparables.

Durée de l’infection

L’atteinte de l’infection pieds-mains-bouche dure autour de 7 à 10 jours.

Contamination lors de la grossesse, qu’arrive-t-il?

Il va sans dire que la prévention est toujours de mise lors d’une grossesse quand vient le temps d’entrer en contact avec des enfants qui semblent fiévreux et malades. Comme on dit, vaut mieux prévenir que guérir et il est préférable de se tenir un peu à l’écart.

Les connaissances actuelles à ce propos nous informent que la femme enceinte contaminée peut transmettre le virus à son foetus, puisqu’il peut traverser le placenta ou entrer en contact avec le bébé lors de la naissance. Même si on ne peut pas prédire l’atteinte précise chez le bébé, on peut dire, à la lumière des expériences vécues recensées, que les répercussions restent anodines chez le petit, heureusement.

Comment se protéger de cette infection?

Plusieurs moyens peuvent être mis en place pour prévenir une contamination potentielle face au virus qui provoque l’infection pieds-mains-bouche, comme bien d’autres d’ailleurs. Il est toutefois très important de spécifier que nous n’avons pas à isoler l’enfant par peur d’être contaminés.

Voici quelques conseils de prévention d’hygiène de base :

  • Se laver fréquemment les mains, autant chez l’adulte que chez nos tout-petits, sans oublier l’espace entre les doigts, avec un savon doux et rincer par la suite à l’eau claire. Toujours effectuer un lavage des mains suite à un nettoyage nasal de notre petit, après un vomissement de notre enfant, avant un repas, suite à un changement de couche ou après être allé aux toilettes.
  • Nettoyer les surfaces touchées par l’enfant contaminé, comme ses jouets et les objets d’utilisations courantes dans la maison. Utiliser des lingettes désinfectantes, un vaporisateur ou un nettoyant désinfectant et un chiffon.
  • Éviter les bisous directement sur la bouche de l’enfant ou près de son nez qui coule.

Quels sont les signes cliniques associés au syndrome pieds-mains-bouche?

Comme pour de nombreuses infections pédiatriques, la fièvre est un symptôme très fréquent pour annoncer une condition sous-jacente avec laquelle l’enfant se défend.

Outre la fièvre, voici les signes cliniques autres pouvant aider à reconnaître la maladie pieds-mains-bouche :

  • Une irritation de la gorge, qui peut amener un inconfort chez l’enfant, qui peut aussi engendrer par la suite une perte d’appétit et même parfois de la toux.
  • Des vomissements sont possibles, souvent en lien avec l’irritation à la gorge.
  • Le nez qui coule
  • La diarrhée
  • Des maux de tête possibles
  • L’apparition de boutons, vésicules caractéristiques de cette infection qui sont de petites poches de liquide clair, qui peuvent se rompre et créer des lésions. Ces vésicules peuvent apparaître plus spécifiquement sur la langue, les gencives et à l’intérieur des joues dans la bouche, mais aussi sur la paume des mains, la plante des pieds et finalement, parfois sur les fesses. C’est ce qui différencie le portrait clinique de l’infection pieds-mains-bouche de la varicelle où l’on retrouve les vésicules un peu partout sur le corps, sans distinction dans ce dernier cas.
  • Parfois, il peut y avoir des démangeaisons chez certains enfants, à surveiller.

Comment évolue le syndrome pieds-mains-bouche ?

On peut dire que, dans la grande majorité des cas, les lésions sur le corps se dissipent progressivement en 7 à 10 jours. Il n’y a aucun avantage à percer les vésicules, vaut mieux laisser le temps au temps pour que le tout s’élimine naturellement, sans laisser de cicatrices persistantes.

Puisque cette infection est virale, il n’existe aucun traitement spécifique, pas d’antibiotiques ni de vaccin pour la prévenir ou la guérir plus rapidement. Après la disparition des symptômes, l’enfant pourra manger à nouveau plus facilement et retrouver sa vigueur et son énergie habituelle.

Même si on dit qu’il n’y a pas de traitement spécifique pour ce syndrome, il n’en demeure pas moins que l’on suggère aux parents de tenter de soulager les symptômes chez leur petit, comme la fièvre et les démangeaisons, si besoin.

L’hydratation est à surveiller également, afin d’éviter la déshydratation.

Voici quelques détails d’interventions possibles :

  • Donner de l’acétaminophène pour enfant (ex.: Tempra® ou Tylenol®) afin de soulager les maux de gorge et réduire la fièvre.
  • Selon l’âge de l’enfant (s’il est en âge de le faire) on peut lui faire rincer sa bouche avec un peu d’eau salée pour tenter de soulager l’inconfort à sa gorge. Pour constituer le mélange, prendre ½ c. thé de sel mélangé à 1 tasse d’eau tiède.
  • Si votre enfant à de la difficulté à s’alimenter, privilégiez certains aliments qui peuvent être plus facile et moins irritants lors de maux de gorge comme le yogourt, les purées, les compotes et les smoothies (attention aux fruits acides), la crème glacée…
  • Assurez-vous que votre enfant boive suffisamment d’eau régulièrement. Abstenez-vous de donner des jus de fruits qui peuvent être trop acides et créer plus de douleur à votre enfant.
  • Si présence de diarrhées et/ou de vomissements importants, pensez à donner des électrolytes comme du Pedialyte® ou Gastrolyte® en suivant les posologies recommandées par votre pharmacien.

Les complications possibles

Malgré qu’elles soient extrêmement rares, elles se résument par : la déshydratation, la méningite ou l’encéphalite virale.

Quand consulter?

Même si la maladie est le plus souvent anodine, voici quelques signes à surveiller pour s’assurer qu’il n’y a pas détérioration de l’état ou besoin de consulter.

  • Une respiration rapide,
  • Une hausse de température persistante, malgré la prise de Tempra®,Tylenol® ou autre,
  • Des signes de déshydratation, avec refus de l’enfant de s’alimenter ou de boire,
  • Des vomissements récurrents,
  • Des maux de tête qui durent, avec une  raideur au cou,
  • De la somnolence, un enfant qui semble désorienté et/ou la présence de convulsions.

Marie Fortier
La Spécialiste des bébés

Découvrir nos vidéos

Adhérez à un forfait mensuel ou trimestriel dès maintenant afin d’accéder aux vidéos complètes

Voir toutes les vidéos.

Miniature vidéo la méthode bonapace

Méthode Bonapace

Vous êtes nerveux quant à l’arrivée prochaine de bébé? Vous vous questionnez sur votre rôle comme accompagnateur pendant le travail
Vidéo sur les contractions

Contractions

Les contractions peuvent faire peur à plusieurs femmes enceintes. Si vous comprenez d’où elles viennent, comment les identifier et les
Accouchement en centre hospitalier sous épidurale

Accouchement en centre hospitalier sous épidurale

Marie accompagne Karine et Jocelyn à l’hôpital pour la naissance de leur 2e bébé. Lors de cet accouchement, le médecin procédera
Miniature vidéo bain du nouveau-né

Bain du nouveau-né

Donner un bain à un nouveau-né peut vous insécuriser. Marie vous fait la démonstration d’un bain massage de nouveau‑né avec

Découvrir d’autres articles

cancer et grossesse

Les traitements pour le cancer et la grossesse

Apprendre que l’on est atteint d’un cancer est déconcertant en temps ordinaire, imaginez lorsqu’on est face à cette réalité durant une grossesse. Quelle dichotomie, être
Photo - Grossesse alitée - journal intime de Charlotte

J’en ai marre!

Accédez à la partie précédente de ce récit, J'ai passé 37 semaines! Chers parents, Je suis à 38 semaines et demi, presque 39, et je bous!
Besoin d'intimité

Besoin d’intimité

Pour lire la partie précédente, voir Besoin de soutien. Le besoin d’intimité dans un contexte hospitalier n’est pas évident à respecter pour la femme en
Marie, dis-moi

Mon bébé a un bras flasque

J'ai accouché il y a 3 semaines déjà et je trouve que mon bébé a un bras beaucoup plus flasque que l'autre et quand je

Le syndrome pieds-mains-bouche

Par Marie Fortier Temps de lecture: 5 min
0