Comment moucher bébé? Quel mouche-bébé choisir et comment l’utiliser?

Bonjour les parents,

Le sujet de ce billet éducatif saura vous plaire j’en suis certaine, avec toute la pertinence qu’il comporte. De nombreux parents me demandent régulièrement des détails concernant le nettoyage des voies nasales de leur nourrisson. À savoir :
Est-ce qu’on doit mettre de l’eau saline régulièrement dans le nez de bébé?
Est-ce préférable d’utiliser une fiole de liquide physiologique ou un brumisateur, un vaporisateur avec un jet ultra-délicat pour hydrater le nez?
Est-ce que je peux prendre le mouche-bébé dès la naissance?
Le Baby-Vac peut-il être utilisé pour mon bébé de 2 mois?

Toutes ces questions sont très pertinentes puisqu’on sait que vous voulez bien faire les choses.


Dans ce billet :
Les voies aériennes nasales du nouveau-né
Éléments de base avant le nettoyage nasal d’un bébé

Cinq façons de dégager les voies nasales d’un nourrisson :
Irrigation nasale et poire nasale
Le mouche-bébé avec aspiration buccale, le mouche-bébé à piles, le Baby-Vac



Dès le départ, sachez qu’il n’y a pas de norme très bien établie, au niveau des organisations en santé, qui viennent statuer clairement les consignes d’hygiène nasale d’un jeune bébé de moins d’un an. Il n’y a pas non plus de standard reconnu par rapport à l’utilisation des différents mouche-bébés qui existent de nos jours sur le marché, outre, les indications des fabricants. La plupart des intervenants de la santé sont en ce sens, toujours un peu embêtés face aux questions des parents qui arrivent avec des nouveaux produits et demandent conseils sur leur utilisation pour leur bébé.
C’est pourquoi, pour vous donner les meilleures informations possibles, j’ai consulté plusieurs médecins, dont un ORL (oto-rhino-laryngologiste) et autres intervenants qui travaillent auprès des nouveaux parents et pratiquent les toilettes nasales. J’ai ressorti également les renseignements mis de l’avant par la santé publique tout en recherchant les différentes pratiques de certains hôpitaux à vocation pédiatrique, en lien avec ce sujet. Tout ce contenu a permis de ressortir des éléments clés à vous transmettre via ce billet éducatif.

Les voies aériennes nasales du nouveau-né

Un jeune bébé de moins d’un an respire par le nez seulement et lorsqu’il est embarrassé par des sécrétions, il pourra par réflexe, éternuer, tousser et ravaler de façon automatique pour se dégager et ce, de façon non volontaire.
Pour le nouveau-né qui se trouvait, quelques minutes avant sa naissance, entouré d’eau dans la poche amniotique, il est maintenant obligé de respirer l’air sec de l’environnement extra-utérin. Cet état de fait produira un assèchement progressif des sécrétions restantes dans ses voies respiratoires dans les deux premiers mois de vie. Ces mêmes sécrétions deviendrons alors plus collantes, plus adhérentes aux parois produisant un encombrement partiel des conduits respiratoires et par le fait même, des bruits audibles lorsque le bébé respire. On dit à ce moment que le bébé ronchonne, mais les parents qualifient et comparent souvent le bruit de ces respirations au son entendu de petits cochons. Plusieurs parents pensent à tort que leur bébé a un rhume, qu’il est malade et sont souvent très inquiets. Et pourtant…

Le rôle des cils vibratiles qui tapissent, comme un tapis, l’intérieur d’un nez, sert à filtrer l’air qui est inhalé. Il est tout à fait normal que le jeune enfant produise des sécrétions nasales et encore plus, lors d’une grippe, rhume, allergie ou autres infections.

Il n’est pas rare que ces sécrétions s’accumulent dans l’arrière-gorge et créent des bouchons de mucus qui sont des foyers parfaits pour les  infections. Le milieu humide, chaud et nourrissant est toujours un milieu propice aux développements des micro-organismes c’est pourquoi, il est avantageux de préconiser une bonne hygiène nasale régulière. Le fait de dégager le jeune enfant de ses amas de sécrétions pourrait aider à prévenir les infections des voies respiratoires supérieures comme les otites, les laryngites, les amygdalites, les bronchiolites, bronchites et même les pneumonies. C’est pourquoi, pour des fins de prévention et de confort pour le bébé, la réhydratation des sécrétions peut être une option intéressante pour aider leur dégagement.

Ce qui veut dire au final, que vous les parents, n’avez pas à toujours agir pour dégager votre jeune bébé. Dans la grande majorité des cas, les bébés sont en mesure d’y arriver par eux-mêmes. Mais si vous trouvez qu’il boit ou mange moins bien, qu’il reste embarrassé et si son état perturbe son sommeil, c’est alors indiqué de lui donner un petit coup de pouce de plus.

Découvrez la suite : Éléments de base avant le nettoyage nasal d’un bébé

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu