Pour connaître les caractéristiques du lactose en lien avec les allergies, voir le billet précédent Allergie ou intolérance au lactose.

Allergie à un aliment

L’on parle d’allergie alimentaire quand il y a une réponse immunitaire inadéquate et excessive suite au contact (en le mangeant) avec une composante d’un aliment (davantage les protéines), et qui se répète par la suite à chaque fois que le l’aliment est consommé.

Quand un bébé manifeste une allergie à un aliment, c’est que son système immunitaire (défense de l’organisme) est mis en jeu. Il s’active pour combattre un envahisseur indésirable contenu dans cet aliment et provoque une réaction d’intensité modérée à sévère à chaque fois que l’aliment est ingéré. Au début, chez un jeune bébé, la réaction peut être progressive lors d’un contact répété à l’allergène. Les signes viendront ensuite plus automatiquement après un certain temps. 

L’allergie au lait est sans aucun doute la plus fréquente chez le bébé puisque la protéine du lait est la première donnée à un nouveau-né et touche 2.5% des nourrissons.

Dans le cas d’une allergie au lait, on peut observer l’apparition des symptômes en quelques minutes à 2 heures et la réaction dure quelques heures ou moins.

Puisqu’il y a libération d’anticorps dans la circulation sanguine lorsqu’il y a une allergie, on peut diagnostiquer les allergies plus importantes, appelées à IgE médié, via une prise de sang, un test cutané (test Pick ou avec un timbre) et aussi par un test de provocation orale. Pour le test de provocation orale, on le fait souvent directement à l’hôpital, sous surveillance de l’équipe médicale afin de réagir rapidement après l’ingestion de l’aliment allergène et de documenter la réaction de l’enfant dans un milieu contrôlé.

Quand on parle d’allergie grave à un aliment avec une réaction de type anaphylactique (hypersensibilité immédiate), la réaction peut être presque automatique, dans les minutes ou les deux heures qui suivent habituellement l’ingestion et parfois au contact de l’aliment. L’évolution reste toujours imprévisible. Les réactions peuvent être de nature gastro-intestinales, bouche, voies respiratoires, système cardiovasculaire, système nerveux central, yeux et aussi au niveau cutanées dans 80 à 90% des cas. Elles peuvent être très sévères et mettre la vie en danger de l’enfant. L’évitement et l’auto-injecteur d’épinéphrine sont le traitement selon l’âge de l’enfant.

Intolérance à un aliment

L’intolérance, (appelé aussi allergie de type IgE non médié ou sans médiation) fait davantage appel à des malaises ou symptômes gastro-intestinaux qui surviennent après l’ingestion de certains aliments avec une intensité variable. Ces réactions sont à la hausse chez les bébés et demeurent embêtantes, puisqu’il n’y a pas de test pour diagnostiquer l’intolérance. La plupart du temps, ce sont les symptômes digestifs qui nous ramènent à cette conclusion même si le système cutané et respiratoire peuvent aussi être impliqués. Pour le très jeune enfant, l’intolérance aux protéines du lait de vache est sans aucun doute la plus fréquente puisque c’est la première protéine étrangère introduite dans l’alimentation d’un nouveau-né.

Une intolérance ne provoque en rien le système immunitaire du bébé comme le fait une allergie franche donc, pas de choc anaphylactique. Mais l’intolérance peut provoquer une réaction inflammatoire au niveau intestinal dans les heures et même les jours qui suivent l’exposition et aussi créer des malaises au bébé.

L’intolérance ne se détecte pas dans le sang ni par des tests faits sur la peau du jeune enfant puisqu’il n’y a pas d’anticorps en circulation dans le cas d’une intolérance. C’est pourquoi, on tentera de trouver l’aliment qui semble créer des réactions indésirables au bébé et on tentera de l’enlever de l’alimentation de la mère qui allaite par une diète d’éviction ou d’exclusion. Si le bébé boit de la préparation commerciale, il faudra ajuster la formule avec des protéines partiellement ou fortement hydrolysées pour aider la digestion et l’absorption par le bébé. On verra après deux à quatre semaines si la situation semble s’améliorer pour le bébé ou non. Pour la mère allaitante, inutile d’enlever trop de choses à la fois et priver la mère d’aliments sans conséquence pour son bébé. Pour cette dernière, on débutera par supprimer le lait puisque la protéine du lait est l’allergène le plus fréquent et ensuite, on verra à éliminer au besoin seulement, le soya puis le boeuf.

Si la réaction du bébé aux protéines de lait de vache est plutôt légère, le simple fait de diminuer les sources de lait au quotidien chez la mère qui allaite améliore la situation, et ce, surtout si la maman consommait beaucoup trop de portions de produits laitiers dans une journée (3 à 4 recommandées).

Si la réaction du bébé aux protéines de lait de vache est plutôt sévère, le régime d’exclusion pour la mère sera plus strict et demandera d’éliminer toutes sources de lait même des traces dans plusieurs produits vendus et consommés dans notre alimentation de tous les jours soit : céréales, pains, soupes, sauces, friandises, vinaigrettes, etc.

On commence presque tout le temps par enlever toutes les sources de protéines de lait de vache (lait, crème, fromage, yogourt), puisque c’est l’allergène le plus répandu au Canada. Si on ne constate aucun changement, il faut revoir quel autre aliment peut causer des réactions au bébé et s’en abstenir encore pendant au moins 7 à 10 jours puisqu’il faut habituellement 3 à 6 jours pour éliminer complètement les protéines de lait de vache dans le lait maternel.

Au pays, on remarque souvent des allergies croisées comme le lait de chèvre et mouton à 90%, le soya à 10 à 15%, le boeuf à 10%, et d’autres plus rares, l’avoine, l’œuf, les autres grains (orge, mais et blé), un légume (ex : avocat), autres viandes et les poissons sont les allergènes possibles au pays en ordre d’importance.  En Australie, le riz est le plus grand allergène et aux États-Unis, c’est le soya. 

Dans le cas de réactions plus graves, souvent il est conseillé de voir une nutritionniste spécialisée en pédiatrie et même un allergologue au besoin.

Journal d’alimentation

C’est une bonne idée de tenir un journal d’alimentation pour mieux s’y retrouver lors des suivis avec la nutritionniste, le médecin ou l’allergologue. Si un bébé réagit à un allergène, il se peut qu’il soit plus sensible à réagir à d’autres sources de nutriments avec un potentiel allergène, comme une céréale différente par exemple (autre grain, réagit).

C’est pourquoi lorsqu’on introduit les solides chez un bébé qui a manifesté des intolérances ou allergies dans ses premiers mois de vie, on suggère d’introduire plus lentement des nouveaux aliments, sans les retarder. On commence par les légumes et les fruits qui ont moins de risque de réaction puis on ajoute la viande et les céréales plus tard. C’est bien d’avoir un suivi à ce niveau avec la nutritionniste pour voir l’évolution de la situation, avoir un suivi de croissance du bébé dans le temps avec l’ajout de différents aliments et ses réactions. Les parents ont besoin d’être guidés pour savoir quand réintroduire les protéines de lait dans l’alimentation de leur bébé et cela peut aller facilement à l’âge de 9 ou 12 mois.

Au départ, lorsque la réaction du bébé à un allergène était légère et que la condition du bébé s’est vraiment améliorée avec un régime d’éviction de la mère qui allaite, on tentera plus tard, après que le bébé ait 6 mois de vie, de réintroduire l’aliment allergène dans l’alimentation de la mère (comme des traces de protéines de lait). On voudra constater si les réactions réapparaîtront ou pas chez le bébé.

Ça ressemble à une provocation orale. On voit si l’enfant, malgré le fait qu’il a maturé au niveau de son tube digestif rendu à 9 mois, demeure ou pas fragile vis-à-vis la protéine du lait de vache. Si la réaction revient, on tente de réintroduire aux trois à six mois l’aliment allergène. Si la réaction était sévère chez le bébé, on attendra après 1 an et même plus selon le cas, avec les indications de l’allergologue.

Pour les bébés qui reçoivent des formules de lait commercial et réagissent à celles-ci, il faut documenter toute l’histoire médicale du bébé et voir ensuite à suggérer un lait plus facile à digérer au besoin.

Il y a 5 % des nourrissons qui manifestent des réactions allergènes comparativement à 3 à 4 % chez l’adulte. Bon nombre des allergies alimentaires diagnostiquées avant l’âge de 3 ans s’estomperont avec le temps.

Pour poursuivre la lecture, allez au billet suivant Origines des allergies alimentaires.

Ce billet est également disponible en: English

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu