Sauvons les parents!

Postnatal

Pour connaitre les traits des « BABI », veuillez consulter le billet Cinq caractéristiques des « BABI ».

Les « BABI » requièrent beaucoup de soins de la part des parents. Dans ce billet, Sauvons les parents, plusieurs techniques et astuces seront expliquées afin de leur porter main forte.

Dr Sears suggère plusieurs trucs pour aider les parents à survivre à un ou des enfants intenses et continuer d’être un couple qui s’aime et s’entraide.

  1. Se donner du temps pour penser à vous. Sortir en amoureux, une marche en plein air, un massage, un bain moussant…
  2. Autoriser un peu de frustration à votre bébé : il est normal de materner notre bébé lorsqu’il vient au monde. Toutefois, si la patience vous manque pour répondre vite à votre bébé, acceptez vos limites et laissez pleurer un peu votre bébé lorsqu’il n’y a pas moyen de faire autrement.
  3. Prioriser le sommeil : vous avez besoin de toutes vos énergies pour faire face au quotidien avec un BABI, c’est pourquoi il vous faut prendre tous les temps possibles pour un répit ou un repos quand vous avez un moment ou le bébé semble se reposer. Il faut accepter de vous choisir et dormir au lieu de faire d’autres tâches que vous jugez souvent plus importantes que de prendre soin de vous.Recharger vos batteries est nécessaire pour continuer de répondre à votre bébé. La fatigue, l’épuisement des parents peuvent avoir un impact majeur à la longue sur le devenir du couple et de la famille. Vaut mieux prévenir que guérir comme on dit.
  4. Écrivez ce que vous vivez : ressortez vos sentiments, comment c’est passé les interventions avec votre bébé et les bons coups. Voir également les bons moments de la journée avec votre enfant et ses progrès.
  5. Regardez les côtés positifs de votre enfant : voir votre enfant positivement permettra de ne pas focaliser sur les points négatifs seulement. N’oubliez pas que votre enfant a des forces uniques, repérez-les et soyez-en fier.
  6. Soyez patient : il faut apprendre à vivre avec l’enfant aux besoins intenses, mais avec le temps vous verrez que le tout se replacera. Il apprendra à mieux contrôler ses humeurs, ses réactions et aura développé d’autres moyens pour calmer son anxiété. Accepter son tempérament et même s’il pleure souvent et fort, on ne peut pas toujours l’en empêcher, mais vous pouvez être là sans intervenir tout le temps pour qu’il fasse à votre façon, il sera probablement pire si vous le forcez à s’adapter.
  7. Prenez de la hauteur : choisissez vos luttes, ne perdez pas vos énergies pour tous les détails. Prenez du temps sur ce que vous pouvez changer, les choses que vous avez du pouvoir en ayant des attentes réalistes face à votre enfant.
  8. Réalisez que votre enfant est unique : il vaut mieux se concentrer sur le bébé que vous avez et non sur les autres autour ou ce que vous aviez imaginé d’un bébé parfait. C’est dur, mais il faut passer outre les commentaires pas toujours élogieux de l’entourage, de la famille à votre égard ou celui de votre enfant. Concentrez-vous sur l’essentiel, soit, VOUS. Si vous n’êtes pas là pour votre enfant, qui le sera?
  9. Ne comparez pas : votre enfant peut être différent et cela ne veut pas dire qu’il est mauvais. Ce n’est pas facile, mais cela vous aidera à voir chez lui tous ses bons côtés aussi.
  10. Sortez : l’enfant aime bouger et les grands espaces aideront très certainement et le parent pourra décompresser en même temps et prendre l’air. Respirez! Lâchez les tensions!
  11. Changez ce qui ne vous convient pas : il est vrai que votre bébé a ses besoins et les demandes sont claires, mais n’oubliez pas que vous avez vos limites aussi à respecter. En maternant votre enfant, vous répondez du mieux que vous pouvez aux demandes de votre enfant, mais il faut aussi regarder si cela vous convient à vous aussi à la longue. Vous avez vos capacités et vos limites et c’est le juste équilibre entre vos capacités et répondre aux besoins de votre bébé qui permettra de garder l’amour et l’harmonie entre vous.
  12. Chercher de l’aide : Avec l’épuisement, la fatigue et le trop-plein, vous avez besoin d’aide extérieur, pour les deux parents. Parler avec d’autres parents qui ont des BABI vous aidera à vous exprimer, échanger et vous rendre compte aussi des expériences des autres qui vivent des situations similaires.

Photo - mère avec bébé BABI qui pleure dans les brasDes membres de votre famille qui comprennent bien la situation et veulent vous aider, des amis qui sont sensibles à ce que vous vivez, des groupes d’entraide aussi pour ventiler au fur et à mesure. Prendre soin de vous, c’est prendre soin de vos enfants. Remplir votre verre pour pouvoir continuer de donner!

Les BABI sont des enfants avec de grandes qualités et il ne faut pas les oublier, mais il faut apprendre à vivre avec sa personnalité. Vous survivrez, votre enfant grandira et s’épanouira et la vie continuera…

Les conseils de Pro :
  • Gardez confiance en vous et en votre bébé, il a besoin de sentir que vous êtes là pour lui.
  • Parlez à votre entourage de ce que vous vivez et du tempérament de votre bébé. Ils accepteront mieux votre façon d’intervenir auprès de votre enfant.
  • Invitez les proches à participer à votre vie familiale, que ce soit pour garder, cuisiner des petits plats ou faire du ménage.
  • Apprenez à respirer, après quelques profondes respirations, le taux de cortisol (hormone du stress) diminue dans votre corps et vous serez plus en mesure d’accompagner votre enfant.
  • Évitez de trop le stimuler : environnement bruyant, lumière vive et odeurs fortes sont à éviter. N’oubliez pas que votre poupon est très sensible à tout ce qui l’entoure.
  • Surtout, ne vous sentez pas coupable si vous êtes à bout de nerf : selon le Dr Gilles Fortin MD (FRCP, février 2007), «même les parents les plus doués ne pourront soutenir les pleurs d’un jeune bébé plus de 35 minutes sans chercher de l’aide».
  • N’hésitez pas à vous informer sur le répit à domicile ou sur les groupes de discussion entre parents dans un centre ressources périnatales près de chez vous (www.reseaudescrp.org).
  • N’oubliez pas de rire, de jouer, de faire des folies avec votre enfant, c’est en maximisant les beaux moments que vous reprendrez confiance.

Vous avez le plus magnifique des privilèges, celui d’être parent. Vous avez entre vos mains un être exceptionnel. Laissez-vous le temps, ensemble vous trouverez votre route.

Lecture supplémentaire avec le livre du Dr Sears : www.askdrsears.com

À bientôt,

Marie
La spécialiste des bébés

Découvrir nos vidéos

Adhérez à un forfait mensuel ou trimestriel dès maintenant afin d’accéder aux vidéos complètes

Voir toutes les vidéos.

Allaitement : Vivre les premiers moments

Allaitement : Vivre les premiers moments

L’accouchement est à peine terminé et bébé cherche le sein? En compagnie de Vicky Lefebvre, consultante en allaitement, et d’un couple
Témoignages des internautes

Vos vidéos on été d’une grande aide

Vos vidéos et votre travail est tellement super! Je vous l'ai déjà dit car je vous ai rencontré au salon
Animaux domestiques et la grossesse

Animaux domestiques et la grossesse

Isabelle Dion, vétérinaire, explique comment préparer chat et chien à l’arrivée de bébé. Plusieurs actions peuvent être mises en place
Yoga prénatal

Yoga prénatal

Pratiquer le yoga durant la grossesse est possible et même souhaitable. En plus de soulager les petits maux de grossesse

Découvrir d’autres articles

Photo - Bébé qui pleure : La constipation chez bébé

Les symptômes d’un vrai problème de constipation chez le nourrisson

Les symptômes d'un vrai problème de constipation chez le nourrisson sont nombreux. Les selles sont dures et le ventre est gonflé.
Votre bébé est bronzé? La jaunisse

Votre bébé est bronzé? La jaunisse

Tous les bébés font des jaunisses, mais à des degrés différents et souvent sans prendre un teint jaune.
L’anxiété périnatale chez les hommes et les femmes

L’anxiété périnatale chez les hommes et les femmes

Les hommes expriment moins leur anxiété que les femmes. Cela peut expliquer en partie pourquoi les taux d’anxiété périnatale sont plus élevés chez les femmes
J'attendais des jumeaux et j'en ai perdu un

J’attendais des jumeaux et j’en ai perdu un

J'attendais au départ des jumeaux et j'en ai perdu un. L'autre est resté bien attaché à son nid et a continué à se développer.

Sauvons les parents!

Par Marie Fortier Temps de lecture: 5 min
0