Photo - bébé allaité
Photo - bébé allaité

Ultrasons et allaitement

Postnatal

La rédaction de ce billet s’est faite en partenariat avec la Clinique de Physiothérapie de Sherbrooke.

Photo - bébé allaité

Lorsqu’une maman allaite son bébé, il n’est pas rare que certaines erreurs de pratique entraînent des engorgements répétés pouvant conduire au blocage des canaux galactophores (lactifères), canaux qui apportent le lait au mamelon. Quand cette situation se présente, la douleur est importante pour la mère, et le bébé peut être davantage irritable à la tétée puisque l’écoulement de lait peut alors être ralenti.

Le canal bloqué est une accumulation de lait qui a stagné et coagulé (un caillot), puis bouché le chemin que le lait doit parcourir jusqu’au mamelon. La manifestation physique d’un canal bloqué est une rougeur, une enflure et une douleur sur un site spécifique du sein provoquant un engorgement local (bosse, masse). La rougeur peut même suivre le canal et être visible à l’examen du sein. La plupart du temps, la tétée vigoureuse du bébé réussit à débloquer le canal en 24 à 48 heures de façon spontanée et sans mesure particulière mais, parfois, pas. Si la maman a mis son bébé au sein, mis de la chaleur sur le site pour déloger le caillot, fait des compressions à ses seins lors du boire pour parvenir à les vidanger le plus possible et que malgré ça, le tout ne se dissipe pas en 48 heures, oui, les ultrasons s’avèrent une bonne alternative pour aider à déloger le caillot et rétablir la situation.

Si vous optez pour cette technique, sachez que l’utilisation d’appareils à ultrasons doit être conforme aux normes établies par le Bureau de la radioprotection de Santé Canada tant pour les échographies durant la grossesse que pour l’usage d’appareils à des fins thérapeutiques pour toutes les clientèles. Des lignes directrices sont d’ailleurs en place pour encadrer le recours aux ultrasons de façon sécuritaire pour soigner (thérapeutique) dont la popularité va croissant. Ces ondes acoustiques (ultrasons) n’ont rien à voir avec les ondes électromagnétiques utilisées en radiologie. Les ultrasons de faible intensité sont sans risque pour la population en général.

Photo - machine à ultrasons pendant l'allaitementCe sont habituellement les physiothérapeutes ou les thérapeutes en réadaptation physique en clinique privée ou en centre hospitalier qui pratiquent la technique des ultrasons pour dégager les canaux bloqués durant l’allaitement. Non invasive et n’engendrant pas de douleur importante, cette technique peut toutefois causer un certain inconfort lors du frottement de l’appareil sur la zone affectée. C’est à l’aide d’une sonde, un peu comme celle de l’appareil à échographie qu’on passe sur votre ventre pendant la grossesse, que l’intervenant pratiquera la procédure, soit en la glissant de façon continue sur la région touchée. Les ultrasons provoquent des micromassages dégageant de la chaleur qui aident à détendre les canaux lactifères; dans la plupart des cas, la vibration exercée permet de fragmenter le caillot et, ainsi, de dégager le canal. Pour de meilleurs résultats, le bébé peut être mis au sein juste après pour finir le travail par sa succion; de même, l’usage du tire-lait peut être envisagé au besoin. Retenez que l’assouplissement du sein ne se fait pas nécessairement sentir dans l’immédiat, mais dans les minutes, les heures qui suivent le traitement.


Et maintenant, des infos et des conseils de PROS :

Photo - équipe de la clinique de physiothérapie de SherbrookeLes spécialistes de la Clinique de Physiothérapie de Sherbrooke que j’ai rencontrés m’ont donné, à votre intention, ces précisions, assorties de conseils, sur le traitement par ultrasons :

  • La procédure ne dure que 5 minutes, par zone affectée, et l’intensité des ultrasons varie de 1.1 à 2W/cm2;
  • Lors du traitement, la maman est la plupart du temps couchée sur le dos, mais parfois sur le côté pour que l’intervenante puisse visualiser l’étendue du sein afin d’en déceler les particularités;
  • Le lendemain, s’il y a rougeur résiduelle, douleur ou dureté des tissus sur un ou plusieurs sites, on répétera la procédure;
  • Ce traitement est sans effets secondaires en autant que la procédure soit rigoureuse, donc permette d’éviter le dégagement d’une chaleur trop importante et les brûlures;
  • S’il n’y a pas de résultat après deux tentatives, il est déconseillé de répéter cette technique; selon les études et recherches menées sur le sujet, l’efficacité semble variable chez les utilisatrices mais cliniquement, les femmes qui ont vécu l’expérience s’en disent en grande majorité satisfaites sur le plan de l’amélioration de leurs symptômes;
  • Il est bon de savoir que l’utilisation des ultrasons est une technique préventive intéressante pour diminuer la prise d’antibiotiques lors d’une mastite;
  • Une ordonnance n’est pas nécessaire pour avoir accès à ce traitement, mais il est souhaitable que la maman soit vue au préalable par une infirmière ou un médecin qui évaluera la situation avant d’effectuer la référence;
  • Sachez enfin que si vous avez une prothèse mammaire, la procédure n’est pas impossible et qu’on peut effectuer le traitement sans danger.

À noter : en complément au traitement, il est indispensable que l’infirmière ou le médecin référent revoit la pratique de l’allaitement avec la maman pour éviter que la situation se répète constamment. L’engorgement récurrent augmente en flèche le risque d’infection, le risque de développer une mastite (infection de la glande mammaire) en raison de la stagnation de lait dans le sein puisque ce dernier représente un milieu parfait pour ça : humide, chaud et nourrissant pour tous les micro-organismes : bactéries, virus, champignons, etc.

Voilà! Je pense que ce billet saura vous éclairer sur cette technique encore méconnue, mais combien importante pour le soulagement des mamans lors d’une congestion mammaire, d’une douleur, d’une mastite. Merci à mes pros en la matière qui ont su avec brio compléter mon information de façon à vous rendre le tout accessible et pratico-pratique.

À bientôt!

Marie
La spécialiste des bébés

N’hésitez pas à partager vos expériences à l’aide d’un commentaire

Découvrir nos vidéos

Adhérez à un forfait mensuel ou trimestriel dès maintenant afin d’accéder aux vidéos complètes

La prématurité

La prématurité

Dans cette vidéo, je suis accompagnée de Dre Véronique G Dorval, néonatalogiste et directrice de la clinique de suivi néonatal
Méthode Bonapace

Méthode Bonapace

Vous êtes nerveux quant à l’arrivée prochaine de bébé? Vous vous questionnez sur votre rôle comme accompagnateur pendant le travail
Accouchement en centre hospitalier sous épidurale

Accouchement en centre hospitalier sous épidurale

Marie accompagne Karine et Jocelyn à l’hôpital pour la naissance de leur 2e bébé. Lors de cet accouchement, le médecin procédera
Massage d’un bébé

Massage d’un bébé

Vous aimeriez masser votre bébé mais ne savez pas par où commencer? Dans cette vidéo, Suzanne Boily, formatrice en massage de