Je me nomme François, je serai bientôt un nouveau père. J’ai appris la nouvelle lors de mon 27e anniversaire de naissance, alors que ma compagne de vie m’avait enveloppé en cadeau le test de grossesse positif. Même si je souhaitais la grossesse, ce fut quand même un choc. J’étais content, bien entendu, mais aussi un peu angoissé.

Chaque histoire de père est unique et je me surprends souvent à réfléchir à comment je serai comme père avec un petit poupon. En fait, tout se passe dans ma tête pour l’instant. Il m’est revenu en mémoire plusieurs souvenirs avec mon père qui m’accompagnait à l’autobus pour l’école, à chaque pratique de hockey à l’aréna et à mes cours de rattrapage.

Il est certain que d’attendre un bébé est une idée qui grandit, qui engendre un sentiment d’insécurité face à l’inconnu, un sentiment d’exclusion quand je regarde la transformation vécue par ta maman. Je pense que de ne pas porter le bébé fait une grande différence dans le développement de l’attachement d’un père comparativement à celui d’une mère. J’essaie tant bien que mal de rentrer en contact avec toi, à ma façon, en caressant le ventre de ta mère qui joue un rôle de pont entre toi et moi. Faute de te sentir bouger, je dois t’imaginer, te deviner comme un petit trésor enfoui. Chaque fois que je te parle par le nombril de ta mère, je ressens une tendresse d’homme, j’ai l’impression d’un espace sacré où mon cœur de père uni à celui de ta mère se confondent, se comprennent. Je pense franchement que l’attachement que j’éprouve pour toi, mon enfant, est aussi fort que celui de ta mère, seule l’expression est différente. Je vois le ventre de ta maman s’arrondir, se déformer sous tes mouvements et je me rends compte à quel point ta venue lui demande de l’énergie, de la patience et un don de soi. Mon rôle d’homme dans l’accompagnement affectif et une présence attentive me semblent bien peu en comparaison. Faire le voyage de la grossesse côte à côte avec ta mère pour mieux avancer ensemble vers ta naissance nous permet d’expérimenter une histoire unique et magnifique dans ce grand mystère de la vie.

Ta chambre est terminée, prête à t’accueillir. Tu vois, tu peux nous arriver! Je t’ai préparé un abri, un amour qui dort, qui t’attend et te veille. Je n’aurais jamais imaginé avoir si hâte d’enfin pouvoir te regarder les yeux dans les yeux.

Ta naissance fut le plus beau jour de ma vie. Nos deux existences se sont rencontrées. Je te tenais au creux de mes bras forts et chauds. Tu étais si minuscule malgré ton poids moyen, tu étais si belle malgré le chemin parcouru, si difficile pour toi. Enfin, tu avais traversé ta première porte vers ton premier matin et moi, mon cœur était gorgé d’un amour incommensurable pour cette petite personne toute rose qui venait de naître.

À tout jamais, je serai un papa!

Tout n’est pas toujours rose mais la vie fait habituellement bien les choses. Il faut garder confiance en vous et en vos capacités.

Liens intéressants avec les autres billets :

Adaptation à l’arrivée d’un bébé

Père et allaitement

Sexualité et grossesse

Bientôt un nouveau bébé

Allaiter des jumeaux

Réaction à la fausse couche

Apprendre mon nouveau rôle de père

Les réalités de l’accouchement

Aussi la vidéo Papa et grossesse.

À bientôt,

Marie
La spécialiste des bébés

N’hésitez pas à partager vos expériences à l’aide d’un commentaire

Ce billet est également disponible en: English

1 Commentaire. Leave new

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu