Pour lire la partie précédente Les besoins des pères.

Les besoins physiques

Au niveau des besoins physiques, les nouveaux pères se sentent eux aussi fatigués et ont besoin de se reposer, de dormir et d’avoir un répit pour recharger leurs batteries.

Les besoins psychologiques

Au niveau des besoins psychologiques, les nouveaux pères relèvent l’importance de pouvoir exprimer leur vécu. Dire leurs inquiétudes, leurs craintes, leurs soucis en lien avec tout l’inconnu qui entoure la venue d’un bébé. Être accompagné pour mieux faire face aux nouvelles responsabilités qui leur demandent un apprentissage important en connaissances, en aptitudes et en habiletés afin d’adopter des comportements adéquats.

Au niveau psychologique, plusieurs dimensions plus spécifiques sont ressorties du discours des nouveaux papas interviewés, dont le besoin :

  1. d’intimité, c’est-à-dire de se retrouver en couple seul et/ou avec leur bébé dans un environnement connu et familier,
  2. être écouté. Ils ont besoin d’une oreille attentive pour verbaliser leur vécu et poser leurs questions,
  3. d’être compris. Sentir que les personnes qui les entourent sont bienveillantes et sensibles au sens donné à ce qu’ils expriment.
  4. être sécurisé face à toutes leurs craintes afin de réduire l’anxiété et faciliter par le fait même, l’acquisition de la confiance en soi à travers leur nouveau rôle de parent,
  5. d’être encouragé. Se sentir encouragé à agir afin de développer de l’assurance en regard des nouvelles tâches à exécuter. On sait pertinemment que les hommes sont souvent plus discrets à communiquer, à échanger sur leur rôle de père. Même si ce n’est pas dans les mœurs et coutumes aux hommes de demander ouvertement d’être encouragés, ils sont souvent très fiers de recevoir des commentaires positifs. Que ce soit de la part des intervenants de la santé, de la famille ou de leur conjointe sur leur conduite auprès de leur enfant.
  6. être respecté. Cet aspect fait référence à la perception des parents d’être traités avec égard ou non. Être considéré comme une personne humaine unique avec des besoins qui lui sont propres.
  7. et d’apprendre. Le besoin d’apprendre est impératif lorsqu’un bébé arrive. Devant l’inconnu, les futurs et nouveaux parents, hommes ou femmes, ont besoin d’être guidés pour comprendre et exercer leur rôle. Leurs préoccupations les rendent assoiffés, avides de connaissances.

Le 4e trimestre

La période perçue comme étant la plus difficile pour les nouveaux pères, dans la première année de vie de son enfant, est le 4e trimestre soit, les trois mois qui suivent l’accouchement. Les pères demandent des réponses à leurs questions, des conseils, des trucs pratiques pour augmenter leur savoir, leur savoir-être et leur savoir-faire. C’est un processus dynamique qui s’actualise jour après jour auprès de l’enfant.

Les besoin sociaux

Au niveau des besoins touchant davantage l’aspect social, encore une fois, les pères expriment des besoins très similaires aux nouvelles mères.

La routine

Réorganiser la routine quotidienne est un « must ». La naissance d’un bébé est aussi la naissance d’une nouvelle structure organisationnelle à la maison. Celle-ci demande de revoir les tâches autrement. De planifier davantage le temps pour soi, pour le couple et pour la famille tout en essayant de trouver un équilibre avec la conciliation travail – activités professionnelles – vie sociale.

Les exigences du nouveau rôle sont souvent perçues comme difficiles par les pères. Ils doivent souvent mettre de côté certains de leurs propres besoins, certaines de leurs activités, renoncer à certains objectifs à réaliser, du moins, temporairement pour mieux se dévouer à la famille.

Le réseau de soutien

Besoin d’un réseau de soutien. Bien que le fait d’avoir un enfant soit un phénomène valorisé socialement, il n’en demeure pas moins que les parents doivent assumer plus de responsabilités en peu de temps. Le fait d’être bien accompagné, d’avoir des personnes de confiances accessibles et disponibles dans leur environnement peut changer complètement l’adaptation et l’intensité du devenir parent.

Autant les parents apprécient l’aide active reçue, autant certains n’osent pas demander. C’est pourquoi plusieurs nouveaux pères aiment que l’aide leur soit offerte de la part de leur entourage et cela contribue en grande partie à développer leur expertise et leur confiance, et ce, surtout dans les premières semaines de vie avec le poupon.

Continuer votre lecture avec le prochain article sur L’engagement paternel.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu