Marie, mon nom est Adrienne et je suis enceinte de mon premier bébé. J’en suis rendue à 11 semaines et je me pose bien des questions. En fait, présentement, ce qui me préoccupe davantage est ma difficulté à me concentrer. Je dois constamment me relire, prendre des notes pour me rappeler des choses bien ordinaires de mon quotidien d’avant grossesse. Est-ce que mon état est souvent rencontré chez les femmes enceintes? Et est-ce que je retrouverai ma vivacité d’esprit d’avant? (Je l’espère en fait!) Merci d’être là pour nous les parents. Adrienne

Bonjour Adrienne,

Quand la mémoire fait défaut!

C’est vrai que ça peut paraître insécurisant pour une femme enceinte de se rendre compte de la diminution de sa capacité à se rappeler. Si tu parles à d’autres femmes enceintes ou nouvelles mamans autour de toi, tu te rendras vite compte que tu n’es pas marginale du tout. Plusieurs pourront t’exprimer, chacune à leur façon, leur vécu et les désagréments en lien avec des pertes de mémoire. Les oublis fréquents et récurrents, des blancs de mémoire, le manque de concentration, le fait d’être plus distraite, dans la lune, tête en l’air, d’avoir une mémoire plus sélective et de reconnaître dans leur quotidien, une plus grande difficulté à planifier les choses et à prendre des décisions. Cela n’empêche personne de fonctionner dans leur quotidien, bien entendu, mais demande parfois bon nombre d’ajustements pour mieux s’adapter.

 

Il y a, au niveau de la littérature, plusieurs appellations (plus anglophones et traduites ensuite) qui veulent « nommer » de façon plus spécifique, cet état d’être, soit : “ Mommy Brain “ (cerveau de maman), “Baby Brain” (cerveau de bébé),
Momnesia “ (maman amnésie).

 

Je te rassure tout de suite, sur le fait que même si on ne connaît pas toutes les causes exactes à ce phénomène, il reste néanmoins temporaire.

 

Avec les connaissances actuelles sur le sujet, voici ce que j’aurais à te partager sur ta préoccupation. Et je suis certaine que cette réponse sera très utile pour bien d’autres mamans qui se posent la même question que toi et qui ont l’impression de perdre un peu la tête!

 

Explications possibles du phénomène

Au niveau des résultats de recherches sur le sujet, les avis et conclusions divergent. Toutefois, la grande majorité s’entend sur un élément commun : «  il y a quelque chose qui se passe lors d’une grossesse qui agit au niveau du cerveau des futures mères ». Mais dans quelle mesure certaines parties du cerveau subissent-elles les contrecoups des changements amenés chez une femme qui devient enceinte? Les possibles réponses restent à être prouvées. Malheureusement, les données manquent encore pour soutenir une conclusion ferme et hors de tout doute afin d’expliquer clairement l’origine exacte de la mémoire déficiente verbalisée chez plusieurs femmes enceintes.

La mémoire : l’outil le plus fragile de nos capacités cognitives

On sait que la mémoire est un processus très complexe qui résulte d’un travail constant des neurones du cerveau qui réagissent sous l’activation des circuits électriques ultras spécifiques provenant de stimulus venant de l’environnement. En ce sens, la mémoire s’accommode en tout temps, selon les messages reçus. La mémoire est l’outil le plus fragile de nos capacités cognitives donc, souvent le premier à être touché. Où ai-je mis mes clés? Quel est le nom de cette personne? Je cherche mes mots!

Le “ Mommy brain“ : tout à fait normal!

Chose certaine, le fait d’avoir des trous de mémoire pour la femme enceinte est considéré normal par la communauté savante et transitoire. Le “ Mommy brain “ sera plus remarqué au premier trimestre de la grossesse, puis se stabilisera par la suite pour être à nouveau relevé par les parents vers les derniers mois de la grossesse. Cette constatation pourrait avoir un lien direct avec le fait que ces femmes sont souvent plus fatiguées à ces périodes spécifiques et dorment moins bien également, ce qui accentue encore plus les symptômes de perte de mémoire.

Le rétablissement de la faculté de la mémoire serait remarqué trois à six mois suivant l’accouchement pour la grande majorité des nouvelles mères.

Causes possibles

Plusieurs neuroscientifiques de différents pays du monde ont étudié la question et expliquent, en partie, le phénomène de trous de mémoire chez les femmes enceintes par le fait que le cerveau réagit lui aussi, aux changements hormonaux drastiques imposés par une grossesse. Non seulement cette dernière bouleverse le corps physique de la femme, mais également sa biologie, son psychique et la composante émotionnelle.

Le cerveau droit qui s’en permet!

Certaines études avancent l’idée que la partie droite du cerveau, en lien avec l’émotion, l’espace et l’intelligence (cognition) de la femme enceinte prendrait les devants sur la partie gauche. Celle-ci, plus reliée au langage, à la notion de logique et du raisonnement. Cette observation expliquerait possiblement pourquoi une femme enceinte peut se sentir plus sensible, même hypersensible comparativement à sa nature habituelle. Des troubles d’ordre cognitifs peuvent aussi en ressortir, comme entre autres voir ses capacités à se rappeler amoindries et ressentir plus de difficulté à retrouver ses repères dans l’espace.

 

Des auteurs américains ont pour leur part expliqué, plus récemment en 2017, le phénomène de bris de mémoire occasionnel et temporaire chez une femme enceinte, par le fait que la matière grise de quelques parties du cerveau, comme la zone touchant la mémoire, diminuerait de 4 à 8% durant une grossesse, imagerie à l’appui. L’impact des changements hormonaux majeurs ne serait pas étranger à cette modification de la matière cérébrale et à la survenue des trous de mémoire. Et encore une fois, le tout redeviendrait en ordre, spontanément, suite à la naissance avec le rétablissement hormonal.

L’adrénaline dans tout ça?

Habituellement, lorsque l’on vit un stress ou une émotion occasionnelle, la sécrétion supplémentaire d’adrénaline peut être profitable pour accentuer momentanément la mémoire face à un besoin ponctuel. Toutefois, lorsque la demande est trop grande, que le nombre d’informations reçues est trop important, que le seuil de rétention possible du cerveau est dépassé, l’effet sur le cerveau d’être ainsi sollicité peut avoir l’effet complètement contraire. Ce qui peut se traduire chez la femme enceinte par le fait qu’elle soit davantage centrée sur les choses essentielles et sur l’instant présent pour elle-même et son bébé. On ne peut pas être partout à la fois et faire tout en même temps! Et la diminution de la capacité à se rappeler peut être la résultante de l’instinct primitif qui trie naturellement les informations et préconise que la future mère focalise sur ses besoins à elle et à ceux de sa progéniture à venir.

 

Que peut-on faire maintenant Adrienne pour t’aider?

Que faire maintenant quand notre mémoire nous fait défaut? Hé bien, comme on le fait pour bien d’autres symptômes qui sont inhérents aux changements imposés par une grossesse, on fait de son mieux et ce que l’on peut.

Cela dit, le fait d’avoir de bonnes habitudes de vie: bien manger, bouger, prendre l’air, se reposer, prendre du temps pour soi et diminuer les sources de stress le plus possible ne peuvent que t’être bénéfiques Adrienne. En plus de favoriser le maintien de tes facultés. Ensuite, je te dirais la patience, l’indulgence envers toi même et apprendre à en rire, parce que pour plusieurs, les filles, vous être vraiment drôles à voir!

 

On se dit à bientôt,

Marie

Pour en apprendre davantage sur la grossesse, je vous invite à lire mes billets de blogue :

Et visionner mes vidéos sur le sujet :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu