Pour lire le début de ce billet, consultez Les problèmes de sommeil des bébés de 0 à 1 an.

Plusieurs parents s’inquiètent du phénomène de l’anxiété de séparation et les terreurs nocturnes. Voici quelques informations à ce propos.

L’anxiété ou angoisse de séparation est normale et transitoire chez un bébé vers l’âge de 9, 10 mois. À cet âge, la notion du temps et la mémoire sont limitées pour un bébé. C’est pourquoi il réagira fortement lorsqu’il se rend compte de l’absence de son parent près de lui et plus fréquemment de sa mère qui passe souvent plus de temps à ses côtés. Également, lors de son coucher, quand sa mère ou son père quitte sa chambre, il veut être rassuré sur votre présence. Cela fait partie du développement normal d’un bébé. Le coucher avec son objet rassurant aidera, car peu importe où il se trouve, il a une sécurité près de lui.

Un déménagement pourrait causer la même réaction, car son environnement a changé et il veut s’assurer que vous soyez encore avec lui. Il ne faut pas le plaindre! Si vous répondez au moindre de ses désirs, cela augmentera sa dépendance à votre présence pour son endormissement.

La phase d’opposition de 18 à 24 mois se manifestera un peu de la même façon. Il réagira très fortement au fait que vous ne faites pas ce qu’il veut. Les parents avec une attitude cohérente et constante et un comportement en lien avec la régularité de la routine de sommeil règleront plus rapidement la situation.

bebe_plus_age_terreurs_nocturnesLes terreurs nocturnes touchent 3 % des enfants de 18 mois jusqu’à 6 ans et parfois un peu avant (après 1 an). Cette phase, même si impressionnante par ses manifestations, n’est pas du tout dangereuse pour votre enfant.

Les enfants peuvent se réveiller la nuit en criant, les yeux grands ouverts avec un air effrayé, de la sueur et ils sont souvent très agités.

Ces terreurs arrivent davantage dans la phase paradoxale et de latence du cycle de sommeil et se règlent avec la maintenance de leur routine. Ils retrouvent ainsi leur sécurité.

La peur du noir et les cauchemars sont aussi possibles chez les enfants de 18 à 24 mois mais très rarement avant. Encore une fois, c’est lié à l’étape de développement neurologique de l’enfant.

Pour en apprendre sur les siestes, consultez le prochain billet : Les siestes

Ce billet est également disponible en: English

4 Commentaires. Leave new

  • bonjour à vous,

    Je vous refaire à nouveau à mon billet informatif sur le sujet avec plein de détails pouvant être utilisés pour favoriser de bonnes habitudes de sommeil. Pour donner des trucs en fonction de votre enfant et votre situation personnelle, il est préférable de se parler directement via l’offre de consultations privées sur mon site: mariefortier.com
    au plaisir et portez-vous bien la famille
    Marie

  • Mon bébé de 6 mois ne s’endort pas seul (malgré le fait qu’il le faisait à 2 mois). Il s’endort toujours dans nos bras. Lorsque nous tentons les techniques de 5-10-15 ou même la technique du 15 secondes, il devient tellement nerveux qu’il en vomit….Je ne sais pas quoi faire.

  • bonjour à vous,

    J’ai bien lu votre message pour le sommeil de votre fille. Malheureusement, je ne peux pas vous dire plus ici que les conseils de mes billets éducatifs traitant de ce sujet. Si vous souhaitez qu’on en discute, j’offre des consultations privées sur mon site et ainsi, c’est plus facile de voir la situation dans son ensemble et voir les trucs pratiques pouvant être mis de l’avant pour aider votre situation.
    au plaisir
    Marie

  • Christine Phan
    11/20/2019 9:59 am

    J’ai une fille de 9 mois. Elle fait des crises pendant la nuit. Plusieurs pendant la nuit et parfois de jours. Les siestes sont devenus petites. Depuis qu’elle a 9 mois c’est terrible. Avant cela elle faisait 1-2 crises par nuit mais elle dormait bien malgre cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu