Avez-vous lu la partie précédente sur le virus COVID-19, sa transmission et les personnes à risque?

Mise à jour du billet: Janvier 2021

Même si l’on sait que les femmes enceintes sont plus vulnérables aux infections au dernier trimestre de la grossesse, en lien avec un affaiblissement de leur système immunitaire, encore aujourd’hui, elles ne sont pas considérées à risque plus élevé pour la COVID-19 que le reste de la population. Toutefois, selon la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, une infection sévère à la COVID-19 comporte des risques pour la santé de la mère et du fœtus. La femme enceinte atteinte de la COVID-19 a plus de risque de se retrouver sous respirateur aux soins intensifs par rapport aux autres femmes du même âge.

La vaccination des femmes enceintes et allaitantes

De plus en plus de femmes enceintes sont atteintes par la COVID-19, pourtant elles ne sont toujours pas priorisées pour la vaccination à venir. La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) suggère pourtant que cette clientèle soit privilégiée et favorisée pour recevoir le vaccin assez rapidement, surtout pour les femmes enceintes présentant des facteurs de risques comme l’obésité, l’hypertension, le diabète ou d’autres problèmes de santé, les rendant encore plus vulnérables. Pour ces personnes en particulier, la SOGC est d’avis que le risque connu de ne pas recevoir le vaccin contre la COVID-19 l’emporte sur le risque théorique non étudié de se faire vacciner pendant la grossesse ou l’allaitement, et suggère en ce sens d’offrir à cette clientèle la vaccination. Certains écrits d’experts suggèrent la vaccination après 20 semaines de grossesse, toutefois rien n’est statué pour l’instant à cet égard.

Le Comité d’immunisation du Québec, pour sa part, recommande tout à fait le contraire! De ne pas faire vacciner les femmes enceintes contre la COVID-19, puisque les fabricants des vaccins n’ont pas testé ceux-ci chez les femmes enceintes et que nous n’avons pas assez de recul pour supposer qu’il est adéquat pour elles.

Pour plus d’infos sur la vaccination des femmes enceintes:

La transmission de la COVID-19 au fœtus

À l’heure actuelle, les données manquent cruellement pour documenter une contamination fœto-maternelle ou d’un jeune enfant ou d’une femme enceinte ou allaitante ainsi que les impacts possibles se rapportant à cette infection. Des recherches doivent se poursuivre pour augmenter à la connaissance de ce nouveau virus encore méconnu. Pour l’instant, on peut se dire que les mesures de prévention sont toujours de mises et restent les meilleures alliées dans pareille situation.

Selon mes recherches sur le sujet pour ce billet, un document provenant de l’Unicef et un autre de l’Organisation mondiale de la santé, parlaient d’un cas de transmission mère-bébé qui avait été rapporté jusqu’à présent en Chine. La mère infectée, aurait donné naissance à son bébé qui présentait alors des problèmes respiratoires et suite aux tests de dépistage, ce dernier aurait été testé aussi positif. Un autre bébé lui, nouveau-né, a aussi été testé positif mais l’équipe médicale ne savait pas si le bébé avait été contaminé in-utéro ou à la suite de sa naissance puisque la mère a présenté des symptômes seulement après l’accouchement.

Plus récemment, des études en cours semblent suggérer une contamination possible, même si très rare, du bébé in-utéro, puisque le virus a été identifié dans le placenta, le cordon ombilical, la cavité vaginale ainsi que dans le lait maternel. Mais, on a également identifié des anticorps spécifiques à la Covid-19 à ces mêmes endroits. Donc, avant de pouvoir conclure sur la question, nous allons devoir poursuivre les recherches en cours pour en connaître davantage sur le phénomène de la Covid-19.

Pour les femmes qui allaitent

Pour les femmes qui allaitent, les recommandations vont dans le sens de poursuivre l’allaitement pour toutes les vertus immunitaires, anti-infectieuses que l’on reconnaît au lait maternel. Il n’y a pas pour l’instant d’évidence que le lait maternel peut transmettre le virus de la mère à son bébé.

Si la maman se trouve trop malade pour poursuivre son allaitement, elle pourrait tirer son lait que l’on pourra donner à son bébé par la suite.

Rendez-vous à l’article suivant pour en apprendre davantage sur les manifestations cliniques de l’infection du coronavirus.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse courriel valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu